A la une Sports
 

Hervé Renard. Sélectionneur du Maroc

«Je suis un homme comblé avec la qualification»

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 13.11.17 | 12h00 Réagissez

Le sélectionneur français du Maroc, Hervé Renard, a confié être un «homme comblé» après la qualification de son équipe pour le Mondial 2018, rendant hommage à l’abnégation de ses joueurs.

Quelle a été la clé de la qualification ?

On ne voulait rien changer par rapport à nos derniers matches, continuer à presser, forcer cette équipe à perdre des ballons... Grâce à notre solidarité et notre pressing, on les a beaucoup perturbés. On ne se sentait pas de venir et de rester à 11 derrière. Je pense qu’on n’aurait pas réussi notre mission. Les joueurs ont réussi un match exceptionnel. Ils ont été présents du début jusqu’à la fin dans les duels et ce n’est pas rien, quand vous regardez la liste des joueurs ivoiriens.

Le Maroc a mérité sa qualification. C’est grâce à l’abnégation des joueurs. Dans la causerie (d’avant- match), je leur ai dit qu’il y avait eu la génération 1980 (Coupe du monde 1986), la génération 1990 (avec les Coupes du monde 1994 et 1998), et que maintenant c’était à eux d’écrire l’histoire. Ils l’ont fait brillamment.

Que vous a dit le roi du Maroc au téléphone ?
 

Je remercie Sa Majesté de m’avoir appelé. C’est un honneur immense pour moi. Il a voulu nous parler pour rendre hommage à tout le monde. Ce soir on est fier du maillot marocain, que le drapeau marocain revienne à la Coupe du monde. C’est la cinquième qualification, donc le Maroc n’est pas un petit pays.

Vous êtes un homme heureux ce soir ?

Je suis certainement un homme comblé. Le retour va être exceptionnel, un peu comme le retour en 2015 (à Abidjan après la victoire à la CAN, quand il était sélectionneur de la Côte d’Ivoire). Ce sont des moments inoubliables. J’ai la chance de les vivre, j’ai certainement une bonne étoile. Mais je suis surtout heureux pour les supporters qui ont fait le déplacement. Imaginez un seul instant qu’ils aient fait le déplacement pour rien. Il y en a qui ont fait des sacrifices...

Ils ont venus avec tout leur cœur, de très loin. Et je rappelle l’atmosphère qu’on a eu à Rabat contre le Mali, à Casablanca contre le Gabon. On a un soutien. Ce n’était pas le cas il y a un an et demi : un certain amour pour l’équipe nationale avait disparu. Quand j’ai pris mes fonctions, j’ai dit : ‘ça ne tient qu’à nous de faire changer d’avis ces gens.’ Ils étaient déçus, le Maroc ne se qualifiait pas pour les Coupes d’Afrique ou pour le Mondial. Ils avaient raison. C’était un gros travail... Il y a deux ans, jour pour jour, je me faisais virer de Lille. C’est la vie. Il faut rester fort. Il faut se relever et aller chercher d’autres challenges.
 

AFP
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...