Régions Sud Ouargla
 

Eau, environnement et spiritualité

La Zaouia de Sidi Belkhir Echatti au bon souvenir du jaillisseur de fontaine

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 06.06.17 | 12h00 Réagissez

La zaouïa du Cheikh Sidi Belkhir Echatti Al Ghiryani reprend toute sa splendeur en ce mois de Ramadhan où une activité spirituelle intense ravive le souvenir d’un des nombreux saints patrons de la ville de Ouargla.

En cette journée de l’environnement dédiée à la protection du milieu, cet homme de savoir et de bonté est étroitement lié à l’eau dans la région de Chott de Aïn Beïda, où il a fondé sa zaouïa huit siècles plus tôt. Une zone saline, qui, longtemps a été pourvoyeuse en sel de table et qui abrite la zaouïa de Sidi Belkheir, un enseignant du Coran débarqué il y a quelques siècles de djebel Gheriane en Libye et dont le mausolée est sans doute le plus visité de la contrée notamment par les étrangers, qui, comme lui viennent à Ouargla pour s’y installer ou le temps d’un voyage.

Sidi Belkheir a une légende bien ancrée, puisqu’il aurait fait jaillir du sol une source d’eau qui porte encore son nom dans une zone marécageuse peu pourvue d’eau douce. Elle se situe tout près de la Grande Mosquée et du mausolée du Cheikh. Le reste du village s’est formé autour de cette zaouïa qui se situe au cœur de la localité et des habitants qui vénèrent le saint homme au mille et une légendes.

D’autant plus que la zaouïa de Chott avait pour surnom celui de la petite Fès, de par l’importance de son rayonnement culturel régional vu qu’elle s’est spécialisée, dès sa fondation dans l’enseignement coranique et la propagation du rite malékite dans le Sud algérien. Prônant la piété, la tolérance et la bienfaisance, la zaouïa de Sidi Belkhir a déteint sur ses riverains et aux alentours.

Prônant la Tarîqa Chadiliya Al Habibia, une voie spirituelle qui prône le soufisme pur et le retour à Dieu sans fanatisme ou extrémisme religieux, cette Tarîqa est enseignée et suivie durant El wird ou les psalmodies quotidiennes. La zaouïa compte en effet des élèves venant des quatre coins du pays, mais aussi d’Afrique subsaharienne qui viennent y prendre une partie du savoir nécessaire aux tolab du Coran qui sillonnent généralement le territoire algérien à la recherche d’un enseignement de qualité à travers le réseau de zaouïa qui s’étend du nord au sud et s’intensifie dans la wilaya de Ouargla comptant au moins deux saints sièges de grandes Tarîqat universelles, à savoir la Qadiria et la Tidjania.
 

Houria Alioua
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie