Régions Sud Ouargla
 

Ouargla s’offre un lifting général

Du petit club vert à la mutation écologique attendue

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 02.03.17 | 12h00 Réagissez

 
	Des dizaines d’enfants adhèrent de leur plein gré aux activités des différents clubs verts de la ville de Ouargla
Des dizaines d’enfants adhèrent de leur plein gré aux...

Elle a décidé d’attirer l’attention des conducteurs en plantant des arbres sur l’axe Aïn Sebaa- Bamendil.

Un tronçon très fréquenté depuis le début des travaux du tramway et qui enregistre chaque jour plusieurs dérapages de voitures aux heures de pointe, depuis que la mairie a remblayé le terrain vague avec du sable neuf. Elle, c’est Khadidja Bouhala, présidente du club vert de Ouargla, qui, constatant que le parcours était périlleux,  a pensé à en délimiter le pourtour pour le rendre plus visible aux automobilistes, en plantant des arbres devant la plaque du stop. Une aberration pour certains. «Vous voulez planter des arbres aux abords d’une palmeraie ?

Mais c’est inconcevable madame !» s’est-elle entendu dire. Son action écocitoyenne se poursuit depuis une vingtaine d’années, faisant des émules auprès de la jeune génération, pour qui, changer le visage hideux d’une ville saharienne de 300 000 habitants croulant sous les immondices (plus de 100 tonnes de déchets ménagers accumulés par jour) est devenu une nécessité. Une trentaine d’associations de la ville de Ouargla en ont fait le pari et à leur tête Khadidja Bouhala, présidente du club vert de la maison des jeunes du 24 Février et doyenne du mouvement écologiste dans cette région.

Green kids

Des générations d’écologistes ont été formées depuis 1995 par cette amie de la nature, pour qui «le Sahara est un espace fragile, qui ne mérite pas tant de pollution». L’Algéroise, qui a découvert il y a 40 ans le désert du Sahara, tient à apporter son morceau de Tell à Ouargla en multipliant les plantations d’arbres et de fleurs dans les écoles, remplissant de verdure le moindre espace vide entre les bâtiments.

A l’époque, ceux qui la croisaient avec sa petite armée de l’école Ibn Rochd, sillonnant la ville, munis de bêches et de râteaux, n’y croyaient pas tellement. Mais le temps lui a donné raison. 27 ans après la création de son club vert, des dizaines d’enfants adhèrent de leur plein gré aux activités des différents clubs verts, dont la première graine a été plantée par Khadidja.

Oasis

Outre l’écosystème oasien constitué par la vieille palmeraie, qui reste le poumon vert incontestable de cette cité saharienne millénaire, le bilan de la Conservation des forêts de la wilaya de Ouargla, pour la période allant de 2009 à 2014, fait état de 232 km de brise-vents supplémentaires plantés sur les pourtours des agglomérations urbaines ainsi que trois hectares de ceinture verte et pas moins de 1292 hectares de plantations fruitières.

La tendance étant bien évidemment au reboisement utile avec la mise en œuvre d’une politique d’encouragement de la filière oléicole, soit un cap donné sur l’olivier. L’autre tendance impulsée par Mme Khadidja est le nettoyage systématique des quartiers les plus reculés. Ainsi, Aïn Beïda, petite commune de 20 000 habitants constituant le portail du chef-lieu de la wilaya de Ouargla, a organisé récemment une vaste campagne d’enlèvement des ordures et d’embellissement.

Ces campagnes relayées par les médias locaux, notamment Radio Ouargla, enregistrent un engouement populaire très remarqué, notamment au vieux ksar de Ouargla, qui entame la quatrième semaine de la rénovation de sa façade, ponctuée par la formation de quelque 56 jeunes volontaires dans la maçonnerie traditionnelle ksourienne.

Des quintaux de bouchons

C’est un bien beau tableau qui orne l’exposition des clubs verts de la wilaya de Ouargla organisée dernièrement. Le club vert du 24 Février a tenu à y exposer une partie des bouchons en plastique ramassés en 15 jours en mai dernier.  300 quintaux de bouchons ont été récoltés durant cette campagne, qui a connu un tel engouement que les 11 bacs affectés par l’APC ne suffisaient plus. «Le surplus a été récupéré par des artisanes qui en ont fait une belle dune et un lever de soleil», dit-elle.

Cette initiation au tri sélectif n’a certes pas encore atteint les ménages et les institutions, malgré le forcing des associations, mais il est intéressant de constater que ces efforts ne sont pas restés vains, puisque la ville de Ouargla a vu l’implantation, en décembre 2011, d’un centre d’enfouissement technique des déchets ménagers et assimilés dans la zone de Bamendil, sur une surface de  20 hectares, destinés à traiter les ordures des cinq communes du Grand-Ouargla.

Les petits adhérents des clubs verts sont devenus adultes à présent. Leur implication n’a pas flétri.  Beaucoup ont réussi leurs études, certains ont trouvé une vocation artistique, d’autres ont carrément été repêchés et sauvés de la délinquance, comme ce fut le cas de Taqiddine, un petit garçon joyeux, qui a versé dans les mauvaises fréquentations et la drogue au lendemain du décès de sa maman.

Abandonné par les siens au pire de la crise, il est le témoin vivant de l’impact positif du travail communautaire, nous dit Yacine Lebbouz, président de l’association Ziabek. Taqiddine a, depuis, été adopté par une famille de Ouargla. Aujourd’hui, il vient de terminer son service militaire et de reprendre son activité d’entraîneur de taekwondo. Mme Khadidja, qui le cite parmi les exemples de l’impact positif du travail communautaire sur les écomilitants, l’a intégré dans la maison de jeunes qu’elle gère en tant que cadre de la jeunesse et des sports, après une formation de trois ans.

Education civique

Beaucoup de temps est consacré à éduquer, à motiver et à inculquer les bases du tri des déchets ménagers, la plantation et l’entretien des plantes, explique Khadidja Bouhala, qui a investi son temps dans les écoles primaires de la ville. Mais le vrai investissement de la dame verte est finalement plus subtil et plus complet. «Elle cultive la confiance en soi, l’esprit de groupe, l’amour de son prochain, l’entraide et la solidarité.

Nous sommes une famille unie», synthétise Fatiha, une ancienne du club vert.  «Mme Bouhala est notre exemple à tous. Elle a inspiré les jeunes que nous sommes à appréhender la question de l’environnement dans sa globalité», déclare Salim, un jeune activiste. «A côté des arbres et des fleurs qui s’épanouissent, il y a des filles et des garçons qui sont les citoyens de demain».

Khadidja, arborant sa médaille d’honneur du mérite pour son travail acharné sur le terrain, un prix décerné par le ministère de l’Environnement en 2014, continue son œuvre. Elle vient de se voir attribuer la tâche de reboiser l’axe Saïd-Otba-Sidi Khouiled, où 110 arbres ont été plantés. Son plus grand bonheur ? «Le jour où j’ai croisé un de mes anciens adhérents qui venait de convaincre des élèves de Sid Rouhou de laisser la vie sauve à un arbuste planté quelques mois plus tôt !»

Houria Alioua
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Vidéo

Constantine : Hommage à Amira Merabet

Constantine : Hommage à Amira Merabet
Chroniques
Point zéro Repères éco

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie