Régions Ouest Tlemcen
 

Ghazaouet : La ville se clochardise !

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 06.09.17 | 12h00 Réagissez

Ces derniers temps, les autorités locales ont apparemment oublié d’assumer leurs responsabilités à l’égard de leurs concitoyens. Les conséquences de ce laisser-aller sont largement visibles, notamment en plein centre-ville où saleté et anarchie règnent.

De mémoire de Ghazaoueti, jamais la cité des deux frères n’avait atteint un tel niveau de clochardisation et de dégradation du cadre de vie. Le centre-ville est la parfaite illustration d’une démission totale des élus qui ont la tête ailleurs. En effet, sous le regard indifférent et le laxisme des responsables locaux, les immondices jonchent les trottoirs dans des endroits censés être la vitrine de la ville et offrent aux visiteurs un spectacle désolant. Les piétons sont contraints de s’aventurer sur la chaussée à leurs risques et périls, les trottoirs étant pratiquement tout le temps squattés par des commerçants qui en font leur devanture.

D’ailleurs, même la chaussée est interdite, par endroits, à la circulation piétonne et automobile. Quant aux quartiers périphériques, ils croupissent sous les saletés et les immondices en tout genre. Le spectacle navrant de sachets en plastique bleus d’ordures entassés à chaque coin de rue est omniprésent. A l’origine de cette situation délétère, le dysfonctionnement au niveau du ramassage des ordures ménagères. Face à ce décor frisant l’anarchie, les élus et les autorités locales démontrent une apathie désarmante. Peu leur importe le quotidien fastidieux des administrés. Pour les uns, l’ambition de figurer sur une quelconque liste électorale pour les prochaines élections locales vire à l’obsession au point de tourner le dos à leurs responsabilités. Les autres, ceux qui entendent mettre fin à leur vie politique, manifestent, sans gêne, le  sentiment du devoir accompli. Et pourtant… !

Par ailleurs, les initiatives citoyennes pour compenser cette défaillance, en particulier sur le plan environnemental, restent infimes, voire inexistantes : la population en perte de confiance est totalement indifférente à la gestion de la commune. Visiblement excédés par cette démission de la municipalité, les quelques citoyens que nous avons approchés condamnent fermement le comportement des élus locaux qui restent velléitaires face à cette déliquescence. Ils se disent outrés par l’attitude laxiste des élus qui demeurent insensibles à cette dégradation effrénée de leur cadre de vie et dont les conséquences pourraient être préjudiciables. «Pourtant, ils sont grassement rétribués», fait remarquer un citoyen, et de souligner : «Si cette anarchie perdure, il sera difficile de s’en défaire». En somme, malgré les critiques récurrentes des citoyens, l’anarchie a fini par s’installer dans le quotidien des Ghazaouetis, plus que jamais englués dans un cadre de vie qui se dégrade de jour en jour. 
 

O. El Bachir
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie