Régions Ouest Oran
 

CHU d’Oran : Les médecins résidents mettent fin à leur grève

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 05.10.17 | 12h00 Réagissez

 
	A l’issue d’une réunion entre les délégués des grévistes, le staff administratif de l’hôpital d’Oran et une délégation de quatre commissaires principaux des différents corps de police, presque toutes les revendications des spécialistes en formation ont été satisfaites.
A l’issue d’une réunion entre les...

Les médecins résidents du Centre hospitalo-universitaire d’Oran (CHUO), qui avaient entamé une grève illimitée, mardi, pour dénoncer l’insécurité dans certains services, ont finalement obtenu gain de cause.

A l’issue d’une réunion entre les délégués des grévistes, le staff administratif de l’hôpital d’Oran (DG, SG, DAPM, présidente du Conseil scientifique, chef service de chirurgie orthopédique) et une délégation de quatre commissaires principaux des différents corps de police, il a été décidé la satisfaction de presque toutes les revendications des spécialistes en formation. «Après exposition des revendications et un débat avec les forces de l’ordre qui étaient compréhensifs et à l’écoute de nos doléances, la sûreté de la wilaya a décidé l’affectation de trois agents de police en uniforme, avec matraque, aux urgences médico-chirurgicales (UMC) avec instruction stricte de neutraliser tout fauteur de troubles. Des instructions ont été données aux officiers de garde dans les commissariats de se déplacer à l’hôpital pour tout dépôt de plainte (le médecin ne quittera plus son poste).

Il a été aussi décidé que toute visite en dehors des heures réglementaires est strictement interdite sauf autorisation du médecin traitant ou du directeur de garde après avis du médecin. Un seul accompagnateur est désormais autorisé par malade. Des caméras de surveillance seront installées aux UMC (procédure déjà en cours) et la sécurité sera renforcée dans les points de garde. Un registre de doléances est aussi mis à la disposition du médecin pour signaler toute négligence des agents de sécurité. La DG de l’hôpital s’est engagée, par ailleurs, à réparer le téléphone standard inter-services et à réhabiliter l’éclairage public à l’intérieur de cet établissement.

Le juriste et l’avocat conseil de l’hôpital seront à la disposition du médecin pour une totale prise en charge et suivi de la plainte», lit-on dans le communiqué du comité des médecins résidents qui a aussi appelé ses adhérents à reprendre le travail à partir d’hier (mercredi). Il est à rappeler que les médecins résidents du CHUO avaient entamé une grève ouverte pour dénoncer l’insécurité dans les services des urgences, de gynécologie, de cardiologie, d’urologie, de réanimation et de chirurgie et pour exiger le «renforcement de la sécurité et la mise en place d’un poste de police permanent pour le dépôt de plaintes du personnel médical». Un piquet de grève a été observé durant toute la matinée de mardi devant la direction de cet établissement hospitalier par une centaine de médecins.

Les spécialistes en formation ont déploré la violence qui s’exerce quotidiennement contre ceux qui cherchent à porter assistance aux malades.               
 

Arezki M.
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...