Régions Ouest Chlef
 

37 ans après le séisme qui avait détruit Chlef

La ville reconstruite sans charme ni modèle architectural

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 10.10.17 | 12h00 Réagissez

Force est de constater malheureusement que le fameux mot d’ordre «Ville moderne, belle et sûre», décliné par les aménageurs et décideurs de l’époque, a été définitivement enterré depuis deux décennies.

Que faut-il retenir, 37 ans après le violent séisme du 10 octobre 1980 qui a frappé la région, du fameux plan de reconstruction de la ville annoncé au lendemain de cette catastrophe naturelle et réitéré par les gouvernements successifs ? Force est de constater malheureusement que le fameux mot d’ordre «ville moderne, belle et sûre», décliné par les aménageurs et décideurs de l’époque, a été définitivement enterré depuis deux décennies. Ce qu’il en reste aujourd’hui, ce sont de simples constructions sans charme ni modèle architectural.

Selon des techniciens avertis, l’occasion était pourtant propice pour repenser le développement de la ville avec l’application des normes antisismiques et des règles urbanistiques et architecturales régissant les constructions dans les zones sinistrées. Cependant, la nouvelle conception de la ville meurtrie a été, selon eux, vite abandonnée au profit d’un schéma désuet qui ne sied guère au statut de cette agglomération ni aux nouvelles exigences en matière d’habitat et d’aménagement urbain.

C’est désastreux, car les bonnes recommandations des experts nationaux et étrangers ayant défini l’orientation originelle, ont laissé place à des politiques «inappropriées et inefficaces», testées sans résultat par l’exécutif et les responsables des services techniques, notamment ceux censés redonner à la ville un visage agréable et une cohérence et articulation avec ses différents quartiers érigés autour de l’ancien tissu urbain.

Aussi, on ne sait pas encore à quel niveau s’arrêteront les nouvelles constructions puisque des immeubles de 6 et 7 étages ont vu le jour ici et là. Le problème, c’est de savoir si les constructions en question sont bâties sur des terrains stables et solides et selon les normes techniques exigées.

Des questions qui resteront, malheureusement, sans réponse, en l’absence d’éclairage des scientifiques et dirigeants concernés. Ainsi, comme les années précédentes, aucune rencontre d’évaluation des étapes de reconstruction de la ville n’est programmée pour aujourd’hui, afin de commémorer le 37e anniversaire de ce violent séisme. Même la stèle érigée à la mémoire des victimes de cette catastrophe a été arrachée.   
 

Ahmed Yechkour
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie