Régions Ouest Actu Ouest
 

Nouvelles de l'ouest

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 11.01.17 | 10h00 Réagissez


Aougrout (Timimoun) : Les boulangers en grève

Tous les boulangers de la daïra d’Aougrout sont entrés en grève, depuis déjà deux jours, et cela en guise de protestation, d’une part, contre les coupures récurrentes de l’électricité, et, d’autre part, contre l’augmentation subite, depuis le début du ce mois, des prix des différents ingrédients intervenant dans la fabrication du pain.

En effet, face à cette situation de déficit, ces artisans de la pâte ont décidé de baisser leur rideau pour une durée illimitée. Cette décision a été prise par les boulangers, désemparés suite aux importantes pertes financières enregistrées, ces derniers jours, comme conséquence surtout à l’irrégularité de la distribution d’énergie. Cependant, en attendant que Sonelgaz et la DCP trouvent une solution à cet épineux problème, les habitants de cette localité estimée à 28 869 habitants vivent le calvaire et sont dans l’obligation de faire le déplacement quotidiennement vers Timimoun, sur une distance de 120 km en aller et retour, afin de s’approvisionner en cette denrée de base.
Par ailleurs, on notera que le fonctionnement des cantines scolaires, ainsi que l’internat des lycées, ont été aussi perturbés par ce débrayage.                   A. A.

Un soudeur meurt carbonisé à Sidi Bel Abbès

Un jeune employé d’une entreprise publique activant dans la zone industrielle de Sidi Bel Abbès est mort carbonisé, alors qu’il s’attelait à souder des pièces métalliques. Le drame s’est produit lorsque le jaillissement d’une étincelle émanant d’une électrode a provoqué, de manière subite, le déclenchement d’une énorme flamme qui, selon un témoin oculaire, a happé brusquement le soudeur. Atteint de brûlures au troisième degré, la victime, qui répond aux initiales de B.Y, a été aussitôt évacuée au service des urgences du Centre hospitalo-universitaire Abdelkader Hassani où, en dépit des soins intensifs qui lui ont été prodigués, n’a pu survivre aux graves lésions occasionnées par le feu.              M. H.

Un enfant écrasé par son père à Mostaganem

Un terrible drame a secoué, dans l’après-midi d’avant-hier, le hameau rural Ghamra à Mostaganem. Conduisant un tracteur agricole, un père, fellah de son état, a mortellement écrasé par erreur son fils âgé d’à peine 3 ans. Selon des sources locales, le drame s’est produit lorsque le malheureux père roulait en marche arrière sans s’apercevoir que son fils se trouvait là. Le corps de la victime a été transporté à la morgue de l’hôpital et une enquête a été ouverte pour déterminer les causes exactes de l’accident.       L. H.

Quatre adeptes d’une secte arrêtés

Dans le cadre de leur enquête, les éléments de la police judicaire, relevant de la sûreté de wilaya de Mostaganem, ont démantelé un groupe composé de quatre personnes, âgées entre 32 et 45 ans, adeptes de la secte religieuse Ahmadya. Selon la cellule de communication de ces services, les interpellations font suite à des informations sur la présence des membres de cette secte qui activaient secrètement dans le territoire de la wilaya. Il s’agit de B.M. 45 ans, Hassi Maméche, C. A. 32 ans et B. K. 30 ans de Aïn Tedeles et H. A. 29 ans, de Sidi Ali.
La perquisition du domicile de B.K., situé dans un douar à Aïn Tedeles, a permis aux policiers de saisir des ouvrages, des publications ainsi que des documents en rapport avec l’idéologie de ce mouvement.

Les mis en cause ont été présentés et écroués par le procureur de la République près le tribunal de Mostaganem pour «appartenance à la secte religieuse El Ahmadya», «collecte de fonds» et «création d’association sans autorisation». Pour l’information, l’ahmadisme, ou Ahmadya, est une secte fondée par Mirza Ghulam Ahmad à la fin du XXe siècle au Penjab, alors sous domination britannique.               L. H.

Les rappeurs à l’honneur à Saïda

La maison de la culture Mustapha Khalef a abrité, samedi, la première manifestation culturelle des jeunes rappeurs des wilayas de Béchar, Naâma, El Bayadh et Saïda. Cette manifestation culturelle a drainé de nombreux jeunes qui apprécient ce style de musique soutenant un chant aux paroles scandées sur un rythme très martelé.

Une vingtaine de rappeurs en herbe se sont exprimés à travers des thèmes sensibles relatifs aux maux de la société, ou encore le rap politique qui loue la bravoure du peuple palestinien. Le jury, composé de trois rappeurs connus dans le milieu artistique, a donné des conseils et des orientations susceptibles de mieux éclairer ces graines de stars. Interrogé sur ce genre musical, le directeur de la culture répond : «Le but de cette activité est de développer le sens patriotique et de détecter les jeunes talents. Toutes les conditions sont réunies. Il s’agit d’une présélection. Cette activité est destinée uniquement aux jeunes des Hauts Plateaux et du Sud. Les artistes retenus seront conviés le 18 février prochain à l’occasion de la Journée du chahid».          S. A.
 

 
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

El Watan Etudiant

Indépendance Algérie

 

Vidéo

Constantine : Hommage à Amira Merabet

Constantine : Hommage à Amira Merabet
Chroniques
Point zéro Repères éco

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie