Régions Ouest Actu Ouest
 

(Oued R’hiou) Relizane

Le siège de la daïra pris d’assaut par les demandeurs de logements

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 14.03.18 | 12h00 Réagissez


La nouvelle de l’affichage de la liste des bénéficiaires des 584 logements sociaux à Oued R’hiou, dans la nuit d’avant-hier, a vite fait le tour de la ville dans le matin qui s’en est suivi, et ce furent alors des dizaines de mécontents qui se sont regroupés devant le siège de la daïra «pour, disent-ils, dénoncer les dépassements de la commission chargée de l’étude des dossiers des concernés par ce type de logements».

Dans la sérénité, les manifestants ont, semble-t-il, décidé d’user de moyens pacifiques pour faire entendre leur cri de détresse. Ils ont ainsi obstrué l’entrée principale du siège de la daïra et bloqué la circulation au niveau de l’artère principale qui la longe. «Ces logements sont destinés aux démunis comme nous, mais les membres de la commission ont osé ‘‘caser’’ des personnes ne répondant pas aux critères mais qui leur sont proches», a tempêté un des présents.

Et d’ajouter : «Je suis étonné par la composante de cette liste où figurent des commerçants, des entrepreneurs, des personnes aisées et même des affairistes.» Un autre, désappointé, est allé plus loin en menaçant de s’immoler. «Je n’arrive plus à me retrouver avec ces responsables, je songe sérieusement à mettre fin à mes jours», a-t-il affirmé. «J’ai plus de 60 ans, j’ai déposé mon dossier depuis plus de 10 ans. Je vis chez mon frère. Malgré cela, mon cas n’a pas été retenu», a crié Hadjou en se posant des questions sur les critères de choix.

Dans cette atmosphère bouillante dans les parages de la daïra, les éléments de la police veillaient au grain pour éviter tout éventuel dérapage. Des voix se sont simultanément élevées : «Nous sommes les laissés-pour-compte de la société mais nous n’allons pas nous taire pour arracher nos droits.» D’autres criaient : «Non à la hogra !» Dans cette ambiance délétère, les services de la daïra ont reçu la délégation des protestataires pour leur expliquer les démarches à entreprendre pour débusquer les intrus. Cela n’a, semble-t-il, pas convaincu les mécontents. «Les expériences nous ont appris que la procédure des recours n’a jamais répondu favorablement aux démunis. J’ai formulé un recours et j’attends toujours ce logement pour abriter ma famille. Le hic est que la liste finalisée après les recours n’est jamais affichée», a déclaré un autre.

Issac B
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

vidéos

vidéos

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie