Régions Kabylie Bouira
 

Forêt récréative d’Errich à Bouira

Un véritable gâchis

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 15.05.17 | 12h00 Réagissez

 
	Les structures réalisées dans la forêt d’Errich sont livrées à l’abandon
Les structures réalisées dans la forêt d’Errich...

Le projet d’aménagement de ce lieu de villégiature accuse un retard de sept ans .

Le projet d’aménagement de la forêt d’Errich, située à la périphérie nord-ouest de la ville de Bouira, est bloqué depuis plusieurs mois. L’entreprise régionale de génie rural, ERGR-Zaccar, détentrice du marché, n’a pas honoré ses engagements, en ne livrant pas le projet dans les délais impartis. Les travaux ont été lancés en novembre 2011 pour un délai de réalisation initial ne dépassant pas les huit mois.

L’enveloppe allouée, englobant, entre autres, la réalisation de kiosques et de pistes pour piétons, était de 120 millions de dinars. Cette cagnotte aura déjà été consommée par l’entreprise en question sans pour autant livrer le projet dans sa totalité. A présent, seules quelques pistes pour piétons ont été ouvertes, a-t-on constaté.

Des sentiers bordés de pierres et de tables installées sous les arbres ont aussi été réalisés. Cependant, les quelques kiosques érigés en béton se trouvent dans état de dégradation avancée. Certains sont exploités par des délinquants. Plusieurs endroits du site sont devenus infréquentables.

Le retard inexpliqué dans l’achèvement des opérations d’aménagement de cette réserve naturelle est pénalisant. Surtout lorsqu’on sait que le site constitue un véritable havre de paix pour les familles qui  viennent s’y rafraîchir, notamment durant les week-ends. L’immobilisme des pouvoirs publics quant à la relance des travaux a été vivement dénoncé par les citoyens et les associations sportives et de protection de l’environnement. «C’est un véritable gâchis. Des structures d’accompagnement (kiosques cafétérias,.. ndlr) sont à l’abandon.

Les autorités locales doivent rendre des comptes sur ce laisser-aller», s’indigne un habitué des lieux.  Le hic, est que l’entreprise détentrice du projet qui s’occupait également de la gestion de la forêt en question, n’a jamais été inquiétée ou sommée de relancer les travaux.
Selon nos informations, le blocage des travaux est dû à un conflit opposant l’entreprise et la Conservation des forêts.

Cependant, aucun responsable n’a tenté de débloquer la situation. Les autorités locales semblent «incapables et impuissantes de trouver une solution au litige opposant les deux parties. Mais elles n’ont trouvé aucune gêne à interdire aux véhicules d’accéder au site en accordant ce droit uniquement aux piétons et aux cyclistes».

Les «amis de la forêt Errich», affirment qu’il est inacceptable de laisser à l’abandon les structures construites à coups de milliards dans le cadre du projet d’aménagement en question. Il faut rappeler qu’au lancement de ces opérations, des voix se sont élevées, appelant les pouvoirs publics à surseoir à toute action de construction en béton au niveau du site.

Ils ont dénoncé l’utilisation du béton dans la réalisation des kiosques et autres structures à proximité du lac de cette réserve naturelle. «C’est une atteinte flagrante à l’environnement et un véritable massacre contre une réserve forestière, le poumon de notre ville», a-t-on regretté.                                                 
 

Amar Fedjkhi
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Vidéo

Débats d'El Watan 2014

Débats d'El Watan 2014
Chroniques
Point zéro Repères éco

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie