Régions Kabylie Bejaia
 

Ryad Bekkaoui. psychologue clinicien au CHU de Béjaïa

«La méconnaissance du spina-bifida cause des problèmes de socialisation»

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 11.12.16 | 10h00 Réagissez

En marge du séminaire national sur la maladie spina-bifida, organisé au campus d’Aboudaou, le 3 décembre, par l’université de Béjaïa, sur le thème de «L’enseignement inclusif pour l’intégration sociale en Algérie : réalité et perspectives à la lumière des expériences aguerries», Ryad Bekkaoui, psychologue clinicien au service de neurochirurgie du CHU de Béjaïa, a apporté un éclairage sur son projet de recherche qui vise à établir l’état des lieux de la prise en charge des enfants scolarisés atteints de cette maladie et l’approche adéquate pour leur insertion en milieu scolaire.

Aussi, il revient dans cette interview sur les insuffisances rencontrées sur le terrain au cours du travail empirique qu’il a accompli avec l’aide d’une équipe de neurochirurgiens de son service, à savoir le professeur Tliba, les docteurs  Himeur, Kachefoud, TAkbou, Izirouel, Asfiren, Ait Bachir et Belahcen ainsi que M. Kaiba, président de l’association des parents de malades atteints de spina-bifida de la wilaya de Béjaïa.

 

Les enfants atteints de spina-bifida sont souvent exposés à l’exclusion de la société en général et de l’enseignement en particulier. Qu’est ce qui explique cette exclusion ?

Nous pensons, en premier lieu, que la méconnaissance du spina-bifida par le grand public et les professionnels de l’éducation est l’une des causes des problèmes de socialisation de ces patients. A l’origine de cette exclusion, les troubles des fonctions motrices et cognitives qui peuvent s’associer au tableau médical mais aussi à l’absence d’une approche sociale inclusive de cette catégorie d’enfants. Le but de ce travail est de faire la lumière sur l’état des lieux de la scolarisation des enfants atteints de spina-bifida à Béjaïa et d’exposer les perspectives de concrétisation de cette approche inclusive à travers la collaboration entre les partenaires sociaux (association des parents et malades Spina-bifida de Béjaïa) et les institutions concernées (DAS, DE…).


En quoi consiste cette démarche ?

C’est une étude rétrospective et prospective, analytique d’une série de 15 cas d’enfants  atteints de spina-bifida opérés au service de neurochirurgie du CHU Béjaïa. Le processus de socialisation de ces enfants, notamment celui de leur inclusion dans l’enseignement, est analysé sous l’angle institutionnel (DE et DAS), associatif (partenaire social) et professionnel de santé (médecins, psychologues, orthophonistes). Les 15 enfants présentent tous des troubles moteurs associés à d’autres troubles (visuel, vessie neurologique, crise convulsive…).

A leur sortie de l’hôpital, l’association des parents de malades de la wilaya a pris le relais à travers la création du club «Je grandis avec le spina-bifida» qui assure la préparation de ces enfants à la scolarisation (psychologues, orthophonistes, pédagogues…). A l’âge de la scolarisation, l’acceptation dans l’école est souvent problématique et difficile à cause de l’appréhension de l’équipe d’éducation et des auxiliaires scolaires par rapport à cette pathologie.

Pouvez-vous nous dire un peu plus sur les insuffisances que vous avez relevées sur le plan de la prise en charge institutionnelle ?

En Algérie et en particulier dans la wilaya de Béjaïa, les écoles ne possèdent pas les critères d’inclusion de ces enfants (non accessibilité, manque d’information sur la maladie) malgré le travail de préparation que fait en amont l’équipe de neurochirurgie à travers son projet de recherche et les conférences d’enseignement et de sensibilisation. En effet, une des actions phare de ce projet était l’aide à la création d’une association caritative de parents d’enfants porteurs de spina-bifida.

Cette dernière agit dans le sens de faciliter l’accessibilité aux enfants malades en proposant des projets aux institutions dans le but d’améliorer l’accès des enfants au milieu scolaire. A ce titre, l’approche pluridisciplinaire dans le processus de socialisation des enfants doit être de mise afin de réaliser l’inclusion des enfants dans le système scolaire.

QUE SIGNIFIE «SPINA-BIFIDA » ?

Le Spina-bifida est le développement incomplet de la colonne vertébrale. Il s’agit d’une malformation qui survient avant la naissance, causant la paralysie et la perte de sensibilité des membres inférieurs.

Le spina-bifida cause également des problèmes de fonctionnement de la vessie et autres fonctions d’élimination. Il peut aussi entraîner des pertes de coordination des mains, de la vue, de l’ouïe et engendrer des problèmes d’apprentissage.
QUELLE PRÉVENTION ?
De récentes études ont révélé que l’ajout de vitamine B (acide folique) au régime alimentaire des femmes en âge de procréer peut réduire considérablement les risques de malformation du tube neural qui amène le spina-bifida. Les femmes concernées devraient prendre 0.4 mg d’acide folique par jour, au moins un mois avant la conception et les trois premiers mois de grossesse.

Source : Association des parents de malades atteints de spina-bifida de Béjaïa (APMSB)

Nordine Douici
 
Du même auteur
Béjaïa : Le Cnapeste met en garde la direction de l’éducation
Education : «La CNR ne s’est pas montrée souple»
Entreprise écologique : L’emballage Tetra Pak de Candia certifié FSC
Logements de fonction : 122 indus occupants
Grève illimitée au CFPA d’Akbou : Les travailleurs sans salaire depuis 3 mois
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Vidéo

Constantine : Hommage à Amira Merabet

Constantine : Hommage à Amira Merabet
Chroniques
Point zéro Repères éco

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie