Régions Est Skikda
 

Palais de la culture de Skikda

Les travailleurs exigent le départ du directeur

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 02.01.17 | 10h00 Réagissez

Les travailleurs du Palais de la culture de Skikda ont tenu, en fin de semaine dernière, un sit-in devant l’entrée de l’enceinte en brandissant des banderoles et des pancartes portant des slogans réclamant le départ du directeur.

Accusant leur responsable «d’abus de pouvoir», les travailleurs sont revenus, lors d’une rencontre avec la presse sur les «multiples dépassements» du directeur allant jusqu’à faire part «d’invectives et d’agressions verbales». «Nous travaillons sous pression et subissons chaque jour l’ire de ce responsable qui ne se gêne nullement de nous insulter et de nous menacer de licenciement», témoigne un des protestataires. Une dame révèlera même avoir été agressée physiquement en déclarant : «ce matin –jeudi-ndlr- le directeur m’a carrément molesté pour me défaire des banderoles qu’on allait utiliser lors de notre sit-in, avant que mes collègues ne viennent me porter secours».

Les travailleurs se sont entretenus par la suite  avec le chef de daïra, ainsi qu’avec le directeur de la culture qui les ont dissuadés de reprendre le travail avec la promesse d’étudier leurs doléances. Dans l’après-midi, et en plus des correspondances adressées aux pouvoirs locaux ainsi qu’au ministre de la Culture, les manifestants ont rendu public un communiqué dans lequel ils maintiennent leur principale revendication, à savoir le départ du directeur,  tout en mentionnant les différents griefs retenus à son encontre. En plus des soucis relationnels, ils jugent dans leur écrit que le palais « a été vidé de son essence culturelle» et d’ajouter que «les activités culturelles ont enregistré une grande dévalorisation et le palais ressemble désormais à une caserne militaire».

Approché, M. Boudmagh, le directeur du Palais de la culture a réfuté toutes les accusations portées à son encontre, estimant que l’action des travailleurs «est alimentée par certains clans qui tentent de déstabiliser l’institution, surtout après la réussite de programmes culturels de qualité que nous avons organisés dernièrement». Au sujet des invectives, il dira : «Il n’est pas dans mes habitudes ni dans mon éducation de porter atteinte aux personnes. Seulement, je dois révéler que certains n’acceptent pas les règles de la discipline. Moi je ne badine pas avec la discipline. D’ailleurs l’état du palais n’a jamais été aussi impeccable depuis mon arrivée, il y a juste 7 mois». 

Khider Ouahab
 
Du même auteur
Skikda : Vers la réhabilitation du complexe pétrochimique
Mjez Dchich : Rassemblement devant le siège de l’APC
Microentreprises à Skikda : Election du bureau de wilaya des jeunes entrepreneurs
Portrait . Djalal Draoui. Dramaturge : Le «little big man» du théâtre skikdi
Zne humide de Guerbès-Sanhaja à Skikda : Plus de 12 000 oiseaux migrateurs recensés
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Vidéo

Constantine : Hommage à Amira Merabet

Constantine : Hommage à Amira Merabet
Chroniques
Point zéro Repères éco

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Les Blogs d'El Watan