Régions Est Skikda
 

La desserte El Harrouch-Skikda paralysée

Les transporteurs privés en grève ouverte

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 13.03.17 | 12h00 Réagissez

Les transporteurs assurant la desserte El Harrouche-Skikda sont une fois encore revenus à la charge et observent, depuis hier, un mouvement de grève.

Cette situation, très incommodante pour les usagers d’une ligne des plus fréquentées dans la wilaya de Skikda, a occasionné, dès les premières heures de la matinée, de grands attroupements de citoyens qui s’étaient retrouvés bloqués au niveau de la gare routière d’El Harrouche, surtout.

Des sources locales rapportent même que des usagers, des travailleurs et des étudiants dans leur majorité, qui n’ont pas réussi à joindre la ville de Skikda, n’ont pas manqué d’exprimer leur courroux. Les transporteurs, pour leur part, ont justifié ce recours à la grève par «l’absence de toute prise en charge des doléances formulées, il y a plus d’une année déjà auprès des responsables de l’APC de Skikda», laisse-t-on comprendre. Et d’argumenter : «Lors de notre dernier débrayage il y a déjà quelques mois, on a convenu avec les élus de Skikda de doter notre desserte de deux nouveaux points de stationnement dans la ville . Le premier sur l’avenue de la cité des Frères Saker, et un second près de l’école paramédicale, juste à la sortie ouest de la ville.

Ces décisions avaient alors été prises pour permettre aux usagers travaillant au niveau de la zone basse de la ville d’éviter de se rendre jusqu’à la gare routière», explique un transporteur. Selon ce dernier, ces décisions sont restées sans suite. Les transporteurs grévistes sont également revenus sur le dernier changement opéré sur le trajet qu’ils avaient à parcourir au centre-ville. Ils expliquent que la décision prise pour changer cet itinéraire à partir de la gare routière a fini par les obliger à emprunter des rues connues pour leur impressionnant trafic, surtout lors des heures de pointe. «Depuis ce changement, on passe près d’une demi-heure pour pouvoir joindre la RN 3 et de là à quitter la ville», ajoutent les mêmes sources. En vue de trouver une solution, des pourparlers ont été engagés dans l’après-midi  pour convaincre les transporteurs de reprendre leur travail.

Khider Ouahab
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie