Régions Est Skikda
 

Après le «massacre» des arbres à Skikda

Les dénonciations se poursuivent

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 15.06.17 | 12h00 Réagissez

 
	Les associations ont bougé pour refuser les atteintes à l’environnement
Les associations ont bougé pour refuser les atteintes à...

Apparemment, personne ne s’attendait à ce que la population locale puisse se soulever et dénoncer la mise à mort des arbres qui ornent l’espace urbain de la ville de Skikda.

En effet, l’acte citoyen ayant conduit, lundi dernier, à préserver un des ficus de la place de l’Eglise ne cesse d’alimenter depuis, les soirées ramadanesques et les réseaux sociaux.

Hier encore, des représentants de quelques associations locales ont organisé un rassemblement devant le siège de l’APW, en brandissant des slogans évoquant leur refus de voir les arbres de la ville se faire massacrer. Ils ont par la suite été reçus par le président de l’APW, qui, selon leurs dires, leur avait fait part de la volonté des pouvoirs publics de veiller au respect des espaces verts et des arbres de l’espace urbain de la ville. «Le président de l’APW  nous a rassurés en nous faisant part de la décision, prise la veille seulement, d’interdire à toute institution, publique ou privée, de procéder aux opérations d’élagage sans l’aval de la direction de l’environnement et celui de la Conservation des forêts», témoigne un des représentants de la société civile, qui a tenu également à saluer «le retour d’écoute positif des élus au sujet des dernières dénonciations citoyennes relatives aux opérations ayant presque massacré plusieurs arbres de la ville.» A rappeler que ces dénonciations avaient éclaté, lundi dernier, lorsque des agents étaient venus élaguer un arbre au centre-ville, sans précaution aucune, enclenchant ainsi la colère des citoyens qui s’y étaient fermement opposés.

Une pétition avait même circulé et les réseaux sociaux ont fini depuis par prendre le relais en servant de support aux expressions de dénonciations au ton très acerbe. Au sujet des commanditaires de cette opération, une grande polémique a fini par éclater entre ceux qui soutiennent que c’était le chef de daïra qui en serait derrière, en affirmant même qu’il aurait eu recours à des agents de la commune de Hammadi Krouma pour procéder aux élagages à travers la ville de Skikda. D’autres jugent que les fautifs sont plutôt les élus de l’APC de Skikda, même si ces derniers avaient clairement déclaré qu’ils n’avaient à aucun moment ordonné un tel acte. Loin de cette polémique, le plus important dans cette histoire reste ce brin de sursaut des Skikdis, qui semblent renouer avec l’acte civique et citoyen. A noter également l’implication directe de quelques associations, comme les Amis de Skikda, d’Ecologica et Bariq 21, qui se sont manifestées, chacune à sa façon,  pour dénoncer au grand jour une atteinte caractérisée contre l’environnement.

Khider Ouahab
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie