Régions Est Skikda
 

Tamanart (Skikda)

Le réseau de toutes les colères

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 26.04.17 | 12h00 Réagissez

 
	Les jeunes de la localité d’Echatt devant l’ancien relais
Les jeunes de la localité d’Echatt devant l’ancien...

En quittant la belle plage de Tamanart en direction du cap Bougaroune, très à l’ouest de Collo, on s’engouffre directement dans un océan, où se confondent la verdure d’un interminable massif forestier et le bleu marin à perte de vue.

Sur plus de deux kilomètres, la route en pente scinde en deux les demeures des habitants d’Echatt, la plus grande agglomération de la commune de Chraïaa.

A première vue, on se croirait dans un authentique éden, dont le charme s’estompe pourtant dès que les habitants commencent à évoquer leur vécu et leurs soucis. Ici, le progrès ne vient presque jamais aux habitants. C’est à eux d’aller le chercher en parcourant quelques kilomètres, soit pour collecter l’eau des sources, soit pour se permettre de communiquer avec le monde extérieur. «On nous a placé un château d’eau sur les hauteurs de notre agglomération, mais l’eau est distribuée au compte-gouttes. Il nous faut plus d’une heure pour remplir un bidon de 5 litres», rapporte un des habitants. Le château d’eau en question n’est en vérité qu’une petite bâche à eau d’où sortent plusieurs tuyaux qui viennent desservir quelques habitants. «On est obligés d’aller nous approvisionner à partir des sources de Aïn Li Loulouj», témoignent les habitants d’Echatt.

Lorsqu’on les invite à citer d’autres manques, les habitants restent unanimes et insistent sur la dernière décision des pouvoirs publics de remplacer leur ancien émetteur de téléphonie mobile par un autre. Une décision qui les a poussés, il y a moins d’une semaine, à s’opposer directement aux agents venus reprendre l’ancien émetteur. «On s’est opposés sans recourir à la violence. On a rassemblé tous les habitants pour former un obstacle devant ces agents», explique un des habitants. Le relais en question est de type mobile que la direction des postes et des technologies de la communication avait installé sur les hauteurs d’Echatt lors de la dernière élection présidentielle.

Les habitants jugent que ce petit relais parvenait tout de même à leur assurer une couverture plus ou moins acceptable. «Même la région de Tamanart profitait de ce réseau. Malheureusement, on est venu le mettre hors service et placer un autre émetteur fixe dont le réseau ne nous parvient même pas ni à nous ni à Tamanart et sa plage. On se demande comment vont communiquer les estivants qui viendront à cette plage», s’interrogent les habitants.

Cette histoire de relais ne cesse ainsi d’animer les débats dans cette région boisée et où, chaque montagne cache plein d’autres. Au relief  très accidenté, cette immense région du massif de Collo est peuplée de monticules, suivis de dépressions, puis d’autres monticules, le tout se suivant tels d’interminables vagues de verdure. Ironie du sort, et au moment où le nouveau relais prive Echatt de son réseau, il parvient néanmoins à desservir d’autres hameaux avoisinants qui n’en disposaient pas comme ceux de Saadnia et Béni-Amrous.

Une solution qui tarde

Les jeunes d’Echatt restent les plus loquaces. «En plus de notre isolement, on veut nous priver même de communiquer. Nous sommes en 2017, on est en droit de surfer sur le net et de communiquer sans avoir à escalader les montagnes pour appeler des amis ou même pour appeler une ambulance. Ce relais est le nôtre et on tient à le garder».

D’autres jeunes reconnaissent cependant qu’avec l’ancien relais, il leur fallait aussi chercher des endroits couverts par le réseau. «Mais avec le nouveau, ça va être plus difficile encore», répondent d’autres jeunes. Depuis le dernier rassemblement des habitants d’Echatt, les techniciens ne sont plus revenus et les habitants continuent de veiller. Approché, le directeur des postes et des technologies de la communication tiendra d’abord à relever que la mise en place du relais mobile s’était faite à titre temporaire lors de la dernière élection présidentielle. «C’est un petit relais mobile mis en place à titre palliatif. Dans le cadre de l’amélioration des services, on a décidé d’implanter un BTS plus performant pour assurer une meilleure couverture.

Malheureusement, il se trouve que la position de l’agglomération d’Echatt présente, topographiquement parlant, des difficultés techniques. Notre but n’est nullement de priver des citoyens de leurs droits, bien au contraire, le nouveau relais fixe est nettement plus performant que le premier. En plus, on ne décide pas d’implanter un émetteur sans recours préalable à des études sérieuses de couverture», dira le directeur. En attendant, les habitants d’Echatt maintiennent la pression et souhaitent que l’ancien relais reste opérationnel pour limiter, un tant soit peu, l’isolement que leur impose une nature pourtant si belle.

Khider Ouahab
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie