Régions Est Skikda
 

Hammadi Krouma (Skikda)

Laghouat, l’agglomération dont personne ne veut

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 07.05.17 | 12h00 Réagissez

L’agglomération dite Laghouat continue de vivre une aberration des plus ridicules, et ce sont ses milliers d’habitants qui en payent le prix.

Cette mechta, très proche de la plate-forme pétrochimique, est située à moins de 10 km à vol d’oiseau de la ville de Skikda et vit effectivement une situation des plus insolites, dépendant de deux communes en même temps, Skikda et Fil-Fila, un fait qui semble encourager ces deux communes à se défaire de leurs responsabilités en tentant de faire porter le chapeau l’une à l’autre. «Notre mechta date des années 1970, mais depuis, on l’a scindée en deux parties, en prenant le CW n°12 comme repère. La partie supérieure à cette route dépend de la commune de Fil-Fila et celle située au sud appartient administrativement à la commune de Skikda», expliquent des habitants de cette localité.

Cette situation ne fera qu’aggraver l’état des lieux de Laghouat et le cadre de vie en subira de graves conséquences. Ici, le réseau d’assainissement est quasiment inexistant. Certains habitants ont fini par recourir à des fosses septiques qu’on ne viendra jamais vider, et d’autres déversent leurs eaux chargées de vecteurs nuisibles à même le sol. «On n’a pas d’autre choix. Les deux communes ne font que promettre de régler ce grave problème, mais on ne voit rien venir», jugent les habitants.
L’autre problème qui tient vraiment à cœur  ces habitants est en relation avec le raccordement  au gaz naturel. Là aussi Laghouat vit d’autres aberrations, puisque si les habitants de la partie de la mechta donnant sur le CW12 ont bénéficié d’un raccordement au réseau, les autres habitant la partie enfouie, sur les hauteurs, n’en disposent malheureusement pas. Le recours aux bonbonnes de gaz reste leur unique recours, alors qu’ils n’habitent qu’à quelques centaines de mètres du méga train de GNL.

Une autre aberration. Les habitants restent prêts à raconter plein d’autres «étrangetés», comme le parcours du combattant qu’on leur impose pour pouvoir se déplacer. «Nous, les habitants de la partie inférieure de la mechta qui dépend de la commune de Skikda, on retire nos papiers administratifs au niveau de l’antenne communale de Ben M’hidi. Pour s’y rendre, on est dans l’obligation de faire des escales pour y parvenir, alors que notre mechta est située à moins de 2 km seulement. Ici, les transporteurs de la mechta font la loi et ne respectent pas les temps impartis aux rotations. Ils préfèrent vite quitter leur arrêt, pour aller vers Skikda, car ils savent qu’en cours de route ils trouveront beaucoup d’usagers».
Les habitants évoquent aussi l’AEP et demandent surtout à ce qu’on daigne enfin leur attribuer enfin leur acte de propriété. «Cela fait plus de 30 ans qu’on attend», concluent-ils, sachant que cette attente risque de durer encore.
 

Khider Ouahab
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Vidéo

Débats d'El Watan 2014

Débats d'El Watan 2014
Chroniques
Point zéro Repères éco

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie