Régions Est Setif
 

Sétif

Les robinets à sec même en hiver

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 31.12.17 | 12h00 Réagissez

Une partie de la cité Laârarsa, coin important de la ville de Sétif, n’est plus alimenté en eau potable depuis un bon moment. Et dire que des îlots des secteurs A, B et C du quartier se trouvent à quelques encablures du château d’eau bien rempli.

Perdurant depuis de longs mois, la situation empoisonne la vie aux citoyens qui dénoncent les faux «alibis» et la fin de non-recevoir des responsables de l’Algérienne des eaux. «La distribution de l’eau laisse à désirer et envenime la vie à de nombreuses familles. La situation persiste depuis mars dernier.

L’intervention du wali, qui n’est pas resté insensible à nos doléances, a été fructueuse. La distribution a repris son cours normal, mais pas pour longtemps, puisque quinze jours après, c’est rebelote !», fulminent des représentants de la cité qui se sont approchés de notre bureau. «Ce revirement inattendu et inexpliqué nous oblige à prendre une nouvelle fois contact avec les responsables de l’Algérienne des eaux. S’ils ne refusent pas de nous recevoir, ils essayent de nous baratiner avec des alibis qui ne tiennent plus la route (arrêt du barrage, coupure d’énergie et autres). En vérité, le problème réside dans la manipulation des vannes qu’on ferme avant que l’eau ne coule dans nos robinets. La manière de faire de l’Algérienne des eaux nous contraint à nous approvisionner chez le privé, proposant ses services à des prix excessifs, alors que nous habitons à 5 mètres du château d’eau. N’ayant pas le choix, nous sommes une fois de plus forcés de solliciter l’intervention du wali que nous remercions, au passage», précisent nos interlocuteurs.

De leur côté, des habitants de la cité 40 Logements situés à côté du siège de Sonelgaz et de la station de taxis assurant la ligne Sétif-El Eulma, posent un autre problème épineux : «Sans crier gare, des résidants viennent de réaliser en amont de leur compteur une grande bâche à eau (semi-enterrée). Nous demandons l’intervention des autorités pour mettre un terme à ces dépassements, qui causent des désagréments aux autres habitants qu’on prive injustement d’eau», pestent des infortunés habitants des 40 logements.                                                          

Kamel Beniaiche
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie