Régions Est Setif
 

Malgré l’instruction du ministère de l’éducation

Collégiens et lycéens en vacances à Sétif

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 23.05.18 | 12h00 Réagissez

 
	Les responsables de la commune qui appellent leurs administrés à s’impliquer dans les opérations de nettoyage promettent plusieurs solutions.
Les responsables de la commune qui appellent leurs administrés...


L’instruction de la ministre de l’Education nationale, Nouria Benghabrit, ayant pourtant fixé la fin des cours au 30 juin prochain, a été tout simplement ignorée par de nombreux chefs d’établissement du moyen et du secondaire de la wilaya de Sétif, où des centaines d’élèves des cycles précités, sont depuis plus d’une semaine en vacances. Faisant fi des instructions de leur tutelle, les directeurs ont non seulement autorisé, mais organisé les examens du troisième trimestre. Ce qui signifie la fin de l’année scolaire.

Pour les concernés, la faute incombe au ministère disant, selon eux, une chose et son contraire le lendemain. «Avant de se raviser, la tutelle nous a instruits à travers une première note que le début des compositions du 3e trimestre  est fixé au 15 mai.

C’est très facile  de tout mettre sur le dos  des chefs d’établissement. Nous, nous sommes en rien responsables de ce cafouillage», déclarent des directeurs sous le sceau de l’anonymat. Pour avoir une idée plus ou moins précise sur le nombre d’établissements ayant bouclé l’année scolaire, on apprend qu’une réunion d’évaluation de la situation s’est tenue lundi, à la direction de l’éducation, qui esquive la question.

D’autant que le chef de service de l’organisation pédagogique de la direction précitée, qui a accepté de nous parler, n’a pas voulu mettre le doigt sur le diktat de certains directeurs ayant obligé des petits collégiens à subir les compositions durant le premier jour du Ramadhan (les exemples ne manquent pas). «Les circulaires de la tutelle sont claires.

Comme l’opération de recensement est en cours, je ne peux vous donner une réponse précise concernant les établissements n’ayant pas respecté les directives de la tutelle», avance-t-il.

Soulignons que dans le cycle primaire, qui n’a pas été épargné par le phénomène des vacances anticipées, on a trouvé l’astuce. «Pour contourner les dernières directives, certains enseignants, qui maintiennent un semblant d’activité pédagogique, n’ont pas attendu la date fixée par le ministère pour organiser les compositions du dernier trimestre en toute discrétion, au grand dam des parents qui n’ont aucun mot à dire», soutiennent certains.

Ayant accepté de nous parler sous le sceau de l’anonymat, un inspecteur du moyen enfonce le clou : «Le manque de contrôle est à l’origine de cette anarchie ne disant pas son nom.

Figurez-vous que l’inspecteur n’est pas  consulté et écouté par la tutelle, faisant office de figurant. Sa fonction a été réduite à l’élaboration de rapports de confirmation, point barre».  

Kamel Beniaiche
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

vidéos

vidéos

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie