Régions Est Jijel
 

Chantier d’un lycée à El Milia (Jijel)

Plusieurs habitations menacées

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 30.08.17 | 12h00 Réagissez

 
	Un énorme affaissement a emporté une grande partie de la chaussée
Un énorme affaissement a emporté une grande partie de la...

Des habitants de la rue Mohamed Badache (ex-rue de la Pépinière), au centre-ville d’El Milia, ont interpellé les services concernés sur la situation de leurs maisons, menacées d’effondrement par le chantier de réalisation d’un lycée.

La requête qu’ils ont adressée à ces derniers, dont une copie nous a été remise, n’est autre qu’un cri d’alarme suite à la peur qui s’est installée au sein du quartier. «La preuve est l’apparition de fissures sur les escaliers des maisons», s’alarment-ils. Sur place, nous avons constaté un énorme affaissement de terrain qui a emporté une grande partie de la chaussée, ne laissant qu’une petite portion de terre devant les habitations concernées.

«Il ne reste qu’une petite passerelle d’un mètre, ce qui expose nos maisons au risque imminent d’effondrement», écrivent les auteurs de ladite requête. Ces derniers rappellent que le projet de réalisation de ce lycée a été perçu comme un acquis pour les habitants et les commerçants. «Mais la fermeture de la route pour cause de cet affaissement  a fait subir un préjudice pour les habitants et les commerçants qui se sont retrouvés dans un état d’isolement», soutiennent les concernés. Au-delà de ces appréhensions, c’est le risque de voir s’effondrer des maisons situées en face du chantier, qui est le plus craint. Des habitants ont fait part de leurs appréhensions devant ce danger, tout en lançant un appel aux responsables concernés pour trouver une solution à ce problème. «Qu’ils viennent voir, en plus de ce danger, il y a un poteau électrique, tenu par un câble, qui menace aussi de chuter»,  martèlent-ils. Les travaux de réalisation de ce lycée, retardés par des procédures et des difficultés de tout genre, ont repris, il y a quelque temps, après avoir été suspendus durant plusieurs semaines. Le risque des intempéries fait craindre le pire, poussant l’entreprise réalisatrice à se mettre  en course contre le temps pour tenter de stabiliser le sol et remettre la route à son état.  

Amor Z.
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...