Régions Est Jijel
 

Projets gelés des trémies à Jijel

Il était une fois un beau souvenir

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 09.01.18 | 12h00 Réagissez

A l’instar de plusieurs opérations, la réalisation de ces infrastructures est déjà tombée dans l’oubli.

Le projet de quatre trémies, dont deux étaient prévues pour être réalisées à Jijel, tandis que deux autres avaient été retenues à Taher et El Milia, ne sont plus qu’un vague souvenir. Ce dernier rappelle ces années où l’argent était tellement disponible qu’on avait pris le soin de songer à trouver des moyens de fluidifier la circulation dans ces villes, en les dotant de ces infrastructures.

Des opérations qui ne font plus l’actualité, dans un contexte où de nombreux autres projets sont tombés dans l’oubli, en attendant des lendemains meilleurs pour leur relance. Rappelons simplement que la ville de Jijel a sauvé la mise en bénéficiant de la réalisation d’une trémie, avant que les deux autres, prévues pour être érigées à Bab Essour et à la place du bateau de Baba Aroudj ne tombent dans l’oubli.

Ceci dit, il faut également rappeler que si le projet de la trémie de Bab Essour a été annulé sur recommandation du wali de l’époque, Ali Bedrici, celui de la place de Baba Arroudj a été rattrapé par les effets de la crise. Cette trémie était destinée à rendre plus fluide la circulation automobile dans ce lieu qui atteint ses pics d’encombrement chaque saison estivale.

Une société nationale a même été désignée pour sa réalisation dans un délai de 16 mois, mais le projet s’est arrêté à ce stade pour ne plus voir le jour. Pour les trémies d’El Milia et de Taher, elles n’ont bénéficié d’aucune avancée sérieuse dans leur concrétisation pour la simple raison qu’elles sont restées à leur stade d’inscription.

Dans ces deux villes, davantage plus encombrées que le chef-lieu de la wilaya, la circulation automobile est de plus en plus infernale. A Taher comme à El Milia, circuler au centre-ville est devenu une mission des plus difficiles, notamment depuis que les camionnettes des vendeurs informels ont réinvesti les rues et les places publiques, après y avoir été chassées, il y a quelque temps.                     

 

Amor Z.
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...