Régions Est Constantine
 

Ressources hydriques dans la wilaya de Constantine

Les voyants virent à l’orange

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 11.10.17 | 12h00 Réagissez

 
	l La wilaya risque de connaître le même scénario vécu l’été dernier par les habitants de la ville de 
	Annaba, si des mesures urgentes ne sont pas prises.
l La wilaya risque de connaître le même scénario...

La situation en matière de ressources hydriques dans la wilaya de Constantine risque de devenir critique.

Les voyants sont à l’orange au vu de la conjoncture actuelle, marquée par une très forte demande, conséquence d’une forte démographie et des multiples programmes de logement et une réduction de l’offre en matière d’AEP. A ce rythme, la wilaya risquera de basculer vers une situation de déficit dans quelques années.

C’est le constat établi par le directeur de la wilaya des ressources hydriques, Ferhat Mezghiche. Ce dernier a affirmé à El Watan qu’il est désormais nécessaire, voire urgent, de lancer les travaux d’extension du barrage-tampon de Sidi Khelifa, situé dans la wilaya de Mila, et qui alimente la wilaya de Constantine à partir du barrage de Beni Haroun pour assurer un appoint de 100 000 m3/jour. «Ce projet a été proposé auparavant au ministère des Ressources en eau, mais malheureusement il demeure toujours en instance, vu la situation économique du pays.

Il est indispensable aussi de lancer les travaux du barrage de Béni Hmidene, qui se veut un projet structurant pour le renforcement et la sécurisation hydrique de la wilaya», a-t-il déclaré. Interrogé sur le plan d’approvisionnement adopté à l’heure actuelle et les problèmes d’AEP qui se posent dans certaines parties de la ville, ainsi que sur les stratégies à adopter dans le futur, Ferhat Mezghiche a affirmé que la situation est maîtrisable «pour le moment». Selon le même responsable, il y a eu une nette amélioration de la gestion et d’ici la fin de l’année 2018, il n’y aura plus de problème de gestion, mais de ressources.

Traduisant ses propos par des chiffres, le DRE a expliqué : «Selon les indications de la Seaco, l’AEP durant les 24 heures dans la wilaya de Constantine est assurée auprès de 77 % de la population. 11% des habitants sont alimentés entre 6 à 8 heures quotidiennement, par contre 10 % sont approvisionnés un jour sur deux. Les 2% qui restent, malheureusement, sont alimentés un jour sur trois.

Précisément, la population consomme quotidiennement 353 169 m3 d’eau potable, dont 77% venant des eaux superficielles. Soit du barrage de Béni Haroun.» Le DRE a tenté de schématiser la distribution de l’eau, en soulignant que les parties nord et sud de la wilaya sont les plus touchées par le manque d’alimentation, sans exclure la ville de Ali Mendjeli qui est toujours en souffrance. Pour lui, c’est au niveau des régions alimentées par les eaux souterraines de forte teneur en calcaire, notamment celles de Hamma Bouziane, que se pose le manque d’approvisionnement.  

Projet de renforcement  

Afin de mettre un terme à ces problèmes, les responsables de ce secteur ont eu recours à des solutions provisoires, mais qui ne sont pas immédiates au moment où la situation se complique de plus en plus. M. Mezghiche a affirmé qu’un grand projet de renforcement et de sécurisation des zones susmentionnées a été lancé en 2016 et sera achevé à la fin de 2018.
Ces travaux, selon lui, consistent à établir un transfert de l’eau des ressources locales. Plus explicite, il a avancé que la partie sud de la wilaya (Aïn Abid, Bounouara, Ouled Rahmoun et leurs environs) sera alimentée à partir du champ captant de Boumerzoug, en plus des forages situés à Guelma.

De nouvelles conduites sont en cours de réalisation sur 77 km, avec la construction de 6 nouveaux réservoirs accompagnés de 4 stations de pompage pour renforcer ces zones. «Les conduites achevées seront mises en exploitation au fur et à mesure des travaux. Par exemple, la partie d’Ouled Rahmoun sera mise en service d’ici la fin de l’année en cours», notera-t-il. Le même concept a été prévu pour la partie nord de la wilaya. Le DRE a confirmé qu’il y aura un transfert du réservoir d’El Gammas vers la région de Djebel El Ouahch pour alimenter gravitairement Didouche Mourad, Hamma Bouziane, Bekira et la partie haute de la ville de Constantine. Il y aura également la réalisation d’un réservoir de 50 000 m3 avec une station de pompage à Djebel El Ouahch. Pour ce qui est du projet de décarbonatation des eaux de Hamma Bouziane, Mezghiche s’est contenté de dire qu’il est toujours en instance.
 

Un faible taux d’avancement   

Lancés en 2016, ces projets détaillés par notre interlocuteur connaissent encore un retard considérable, causant le mécontentement d’une population, qui réclame des résultats concrets de ces efforts annoncés. Pour sa part, M. Mezghiche a justifié ces retards par la lenteur des procédures administratives liées à l’expropriation et au classement des terrains. «Certes nous avons enregistré un taux d’avancement minime estimé à 30%, mais les procédures administratives ont été réglées dernièrement. Et je rassure qu’il y aura une accélération des travaux et que d’ici la fin de l’année 2018 les travaux seront achevés pour alimenter la partie nord de la wilaya et le site de Retba», a-t-il dit. Et de poursuivre : «En attendant l’achèvement de ces projets, nous avons d’autres opérations à mener en parallèle, et qui seront inscrites dans le PCD afin d’améliorer l’alimentation au niveau des zones éparses. Jusqu’à maintenant, nous avons localisé 52 points noirs dans la wilaya, nécessitant un budget de 800 millions de dinars.»

Questionné encore une fois sur la disponibilité des ressources, le DRE a clairement signifié que ce projet de renforcement et de sécurisation hydrique sera insuffisant pour empêcher le déficit en eau potable. C’est la raison pour laquelle il a rappelé l’urgence de relancer dès maintenant le projet de Beni Hmidene, ainsi que l’extension du barrage de Sidi Khelifa, pour qu’ils soient achevés au moins en 2030. «Ce qui se pose actuellement est un problème de gestion, qui sera réglé l’année prochaine. Mais pour les ressources, il faut prendre ce problème au sérieux dès maintenant», a-t-il conclu.
 

Yousra Salem
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...