Régions Est Constantine
 

Extension de la maternité de Sidi Mabrouk (Constantine)

Les travaux s’éternisent

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 15.05.17 | 12h00 Réagissez

L’extension de la maternité concerne la réalisation d’un pavillon des urgences, un autre pour les consultations, une aile d’une capacité d’accueil de 68 lits, en plus de 4 blocs opératoires.

Les travaux d’extension de la maternité de Sidi Mabrouk connaissent un retard considérable. Le projet lancé en mars 2014, pour un délai de réalisation de 6 mois, connaît ainsi un retard de plus de trois ans et au vu du taux d’avancement du projet qui en est encore au stade du «gros béton», en l’occurrence, comme cela est visible sur place, rien ne présage une proche livraison de cette structure, contrairement à ce qu’a affirmé, jeudi passé lors d’une conférence de presse, le directeur de la santé et de la population de la wilaya, selon qui, «les travaux étaient quasiment achevés».

L’extension de la maternité, rappelons-le, concerne, la réalisation d’un pavillon des urgences, un autre pour les consultations, une aile d’une capacité d’accueil de 68 lits, en plus de 4 blocs opératoires. C’est dire que cette nouvelle réalisation, pour laquelle une enveloppe initiale de 230 millions de dinars a été consacrée, serait d’un apport certain pour la maternité de Sidi Mabrouk, laquelle est totalement submergée et croule sous la pression en raison du flux important qu’elle connaît des parturientes de toute la région et des wilayas limitrophes.

Conçue pour 64 lits, cette structure accueille actuellement, selon ses responsables, près de 12000 parturientes par an et prend en charge 200 patientes quotidiennement. La direction de la santé et de la population (DSP) de la wilaya de Constantine, maître de l’ouvrage, a, pour rappel, évoqué il y a deux ans toutes sortes de difficultés pour justifier le retard accumulé dans la réalisation de l’extension de la maternité de Sidi Mabrouk. Et autant de prétextes ont été trouvés à l’époque.

D’abord, c’est une histoire de résiliation de contrat avec la première entreprise choisie pour réaliser le projet qui aurait retardé les travaux durant trois mois. Un litige entre le maître de l’ouvrage et la nouvelle entreprise retenue autour du choix du terrain devant abriter l’un des pavillons a été ensuite avancé pour justifier le retard cumulé. Autant de raisons qui ne tiennent pas la route devant un argument indémontable, à savoir que, en vertu du bon sens, l’étude préalable à ces travaux d’extension et à n’importe quels travaux de la sorte aurait dû permettre d’éviter tous ces aléas.

La résiliation du contrat avec la première entreprise retenue pour réaliser le projet n’explique pas d’autre part un tel retard et les déclarations du ministre de la Santé, Abdelmalek Boudiaf, qui a affirmé l’année passée que ‘‘les délais de réalisation de l’extension de la maternité ont été respectés’’ ne changeront rien à la réalité.                                          
 

F. Raoui
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Vidéo

Débats d'El Watan 2014

Débats d'El Watan 2014
Chroniques
Point zéro Repères éco

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie