Régions Est Constantine
 

Institut national de formation en sport (INFS) de Constantine

Djaffar Yefsah rencontre les futurs cadres sportifs

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 30.11.17 | 12h00 Réagissez

S’exprimant lundi devant les étudiants et les cadres de l’Institut national de formation en sport (INFS) de Constantine, Djaffar Yefsah n’a pas caché sa profonde déception face à la situation actuelle du sport national, frappé, dira-t-il, par le phénomène de la violence et rongé par la corruption et l’immoralité.

En conclusion de sa conférence consacrée au rôle du sport dans le recouvrement de la souveraineté nationale, l’ancien cadre du MJS a exhorté les jeunes à prendre exemple sur leurs aînés, ceux ayant sacrifié ce qu’ils ont de plus cher pour honorer leur patrie et les couleurs des clubs qu’ils portaient.

La rencontre organisée à l’initiative de l’Office culturel de la commune du Khroub (Oscult) a été marquée par la présence de nombreuses personnalités, notamment le maire sortant, Pr Abdelhamid Aberkane, et le nouveau directeur de l’INFS, Fayçal Benmaghsoula. Lors du débat, les présents ont posé de nombreuses questions au conférencier, notamment pour demander des précisions sur l’histoire qui a vu naître le mouvement associatif sportif, durant les années 1920-1930 du siècle précèdent. Une dynamique qui a permis l’émergence d’athlètes talentueux, qui allaient damer le pion aux Français et démentir le discours colonialiste sur l’infériorité de la race algérienne.

D’ailleurs, l’administration coloniale prendra à cette époque plusieurs décisions pour écarter des athlètes algériens brillants ou encore annuler la participation à des compétitions internationales de peur de révéler au monde le talent «des indigènes». Et dans cette dynamique, il n’y avait pas que des footballeurs, précise Yefsah, citant le boxeur Cherif Hamia, ou encore le cycliste Zâaf. Bien entendu, pour lui la création de l’équipe de football du FLN en 1958 constitue un tournant dans ce mouvement de par l’apport du parcours de cette équipe à la cause nationale, notamment à l’étranger. Cette histoire demeure cependant, pas suffisamment connue, selon le conférencier, qui détient un fonds documentaire consistant. L’ancien DTN de la Fédération algérienne de handball a souligné la nécessité de créer des équipes pluridisciplinaires de recherche au sein des laboratoires, écoles et universités, en vue d’écrire l’histoire du sport national et de valoriser ses acquis.  

Nouri Nesrouche
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...