Régions Est Biskra
 

Huit jeunes arrêtés pour avoir tourné un film sur Daech

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 27.05.18 | 12h00 Réagissez

Huit jeunes hommes, âgés de 22 à 30 ans, ont été interpellés, la semaine dernière, par les agents de la sûreté de la daïra de Sidi Okba, à 18 km à l’est de Biskra, pour avoir tourné sans autorisation préalable et diffusé sur Facebook, un film de 24 mn mettant en scène des adeptes de Daech entrés en Algérie par les frontières libyennes, a-t-on appris de sources fiables.

L’enquête a été ordonnée par le procureur de la République et confiée à la brigade anti-cybercriminalité, laquelle a retrouvé les auteurs de ce film et le lieu de sa diffusion en quelques jours, est-il noté. Le film soutenu par une bande son percutante commence par une horrible scène du meurtre par égorgement d’un opposant et des cris et des appels à se soulever contre l’ordre établi et le régime en place taxé de «tyrannique et despotique empêchant l’application de la charia».

Puis, on voit des policiers de la Sûreté nationale à la recherche d’indices et de preuves pour retrouver et châtier les membres de ce groupuscule aux motivations politico-religieuses flous instillant un propos frisant l’apologie de la subversion contre les tenants du pouvoir. Sont-ce des jeunes radicalisés qui ont réalisé ce film à des fins de propagande ?

Où est-ce des cinéastes amateurs méconnaissant la réglementation en vigueur, qui voulaient maladroitement dénoncer les effets de l’extrémisme religieux ? Jeudi soir, les jeunes incriminés dans cette affaire ont été libérés et placés sous contrôle judiciaire. Néanmoins, les investigations se poursuivent afin de déterminer les motivations et les visées profondes de ces cinéastes et acteurs en herbe, dont tout le monde parle à Sidi Okba.

Trois enfants décèdent accidentellement

Rentrant chez lui à haï 340 logements de la cité El Courses à l’ouest de Biskra, un garçon âgé de 12 ans a été mortellement percuté, vendredi dernier vers 18h, par un camion-citerne colportant de l’eau potable dans les quartiers populaires.

Bouleversés par le spectacle de ce triste accident, les passants et riverains n’ont rien pu faire pour secourir l’enfant, témoigne-t-on. Sa famille est éplorée et effondrée en ce mois de piété.

Le corps de la victime affreusement mutilé a été déposé par les agents de la Protection civile à la morgue de l’hôpital Bachir Bennacer. Les services de la police ont ouvert une enquête.

Pour rappel, la première décade de ce mois de Ramadhan a été marquée par le décès de trois enfants dont un, de 12 ans, s’est noyé dans une profonde mare d’eau de l’Oued Sidi Zarzour, où il se baignait un jour de grande chaleur et l’autre, âgé de 9 ans, tué sur sa bicyclette devant l’École primaire Barbari, par un camion traversant la localité de Djemorah, située à 38 km au nord de Biskra.                                                                                                  

H. M.
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

vidéos

vidéos

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie