Régions Est Annaba
 

Leur activité n’est pas inscrite sur leur registre du commerce

Des commerces de chicha fermés par la police à Annaba

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 27.05.18 | 12h00 Réagissez

La mesure a été bien accueillie par les riverains, à qui cette activité a causé d’énormes désagréments.

La sûreté de la wilaya de Annaba a procédé, ces derniers jours, à la fermeture de pas moins d’une dizaine de locaux spécialisés, entre autres, dans la consommation de la chicha (narguilé), avons-nous appris. Situés tout le long du chemin de wilaya (CW) menant vers le village de Séraïdi, ces commerces exercent avec un registre de commerce de fast-food.

Or, la consommation de la chicha est un autre article dont «le commerçant intéressé par cette activité doit se conformer à la réglementation en vigueur», explique un cadre de la direction du commerce. Ce qui n’est pas le cas pour la majorité des concernés, qui ont greffé illégalement cette activité à celle principale, indiquée dans le registre du commerce.

«Il faut savoir que le commerce de la chicha est très lucratif, notamment en ce mois de Ramadhan, où l’animation des soirées est tributaire du plaisir de consommer une chicha, tous parfums confondus», fait remarquer Nabil, un jeune vendeur dans un bureau de tabac situé face à la Corniche de Annaba.  En effet, à voir le stationnement anarchique des véhicules tout au long du CW N°16 vous renseigne sur l’engouement porté à cette forme de consommation tabagique traditionnelle.

Et si cette fermeture a peiné les propriétaires des commerces concernés, il n’en demeure pas moins qu’elle a été accueillie avec beaucoup de satisfaction par plusieurs habitants et riverains. «De jour comme de nuit, ce tronçon est devenu impraticable, tant que le stationnement anarchique devant ces commerces forme par moments trois positions parallèles.

La fermeture de ces commerces par la police est plus que salutaire, du moins pour les usagers de cette route», estiment les riverains. Cependant, le vœu de ces derniers ne sera pas inscrit dans le temps, tant que du côté de l’administration, l’on avance que la durée de la fermeture est de 15 jours, le temps que les concernés régularisent leur activité.                                                                             
 

Leïla Azzouz
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

vidéos

vidéos

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie