Régions Est Actu Est
 

Quand l’olivier de Saint Augustin faisait office de site touristique

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 18.06.17 | 12h00 Réagissez

Saint Augustin, théologien, philosophe et penseur de l’antique Thagaste (Souk Ahras) qui vécut entre 354 et 430 après J.-C. fut l’un des illustres penseurs de son époque est l’un des monuments de l’histoire universelle que le temps n’a pu user.

Les millions de disciples de sa pensée, de chercheurs, d’historiens et de maîtres penseurs qui font de ses Confessions et sa Cité de Dieu, ses discours d’évêque et de rhéteur une source intarissable pour consolider les assises de l’évolution intellectuelle de l’humanité, font de cet illuminé aux idées prémonitoires leur dada. Du manichéisme rigoureux qu’il assimilera très jeune, il se convertit au christianisme pour devenir évêque et étudier et ensuite professer la religion dans un contexte d’appréhensions, de schismes et d’hostilités par rapport à une religion tolérante, permissive et surtout rationnelle et évolutionniste.

Rome, Milan, Bône et autres villes connurent avec son passage leur âge des lumières et perpétuèrent sa pensée des siècles durant. L’olivier de Saint Augustin, perché sur une colline non loin de l’actuel siège de l’APC de Souk Ahras, connut même durant les années de la décennie meurtrière, le passage de plusieurs centaines des visiteurs qui débarquaient des quatre coins du monde avec une concurrence somme toute légitime des opérateurs touristiques du pays voisin qui réussirent bon mal an à programmer depuis l’Europe leur propre circuit.

Depuis des années, cette destination devenue une simple escale protocolaire pour être carrément «oubliée» n’intéresse ni les professionnels du tourisme ni leurs alliés tunisiens. L’épineux problème de l’hôtellerie qui fait défaut à Souk Ahras en est l’une des causes de cette désertion, mais pas l’unique. Le site porte aujourd’hui des toiles d’araignées dans les encoignures de la bâtisse, les moutons y paissent en toute quiétude et les cigognes y ont installé leurs nids. Le tourisme interne, les excursions et tant d’autres palliatifs pour ces périodes sèches peuvent tenir lieu de programmes. Lors d’un récent passage d’un visiteur étranger tout le mal du secteur a été dit quand aucune partie n’a pu aligner deux mots pour présenter l’illustre Saint-Augustin, laissant perplexe l’hôte de Souk Ahras.

Le département du Tourisme offert à une mouvance partisane n’aura pas encore compris que Saint Augustin qui vécut avant l’avènement de l’islam faisait partie des hommes de foi
(Ahl El Kitab).

Abderrahmane Djafri
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie