Régions Est Actu Est
 

Service des maladies infectieuses du CHU

Les médecins protestent contre le manque d’hygiène

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 13.09.17 | 12h00 Réagissez

Les médecins du service des maladies infectieuses ont tenu un mouvement de protestation, toute la matinée d’hier, pour dénoncer les conditions déplorables dans lesquelles ils exercent depuis des mois.

Mais la goutte qui a fait déborder le vase, selon les protestataires, est l’absence totale des conditions d’hygiène dans ce service. Ils ont affirmé qu’ils souffrent du manque de femmes de ménage depuis des mois, d’où des conditions d’hygiène devenues inadmissibles. «Nous souffrons depuis des mois de l’absence de femmes de ménage. Nous avons saisi l’administration à plusieurs reprises, et elle nous a dépannés avec seulement deux femmes de nettoiement, et qui ne pouvaient pas assurer le nettoyage durant la nuit. Ce qui est insuffisant, car l’insalubrité dans un service hospitalier est inacceptable. Le nettoyage doit être assuré régulièrement», a expliqué Pr Mokhtar Dali Chaouch, chef du service en question. Et de poursuivre que ces agents de nettoiement imposent leur loi. «Comme il n’y avait pas d’eau, hier (lundi ndlr), ces deux femmes ont quitté le service sans effectuer leur tâche. Nous demandons à l’administration de régler ce problème définitivement et non pas temporairement», a ajouté le chef de service.

D’autre part, les manifestants ont profité de ce mouvement de protestation pour soulever les autres problèmes qui se posent depuis plus d’une année au niveau de leur service. Ils ont mis en exergue le déficit en personnel, notamment les infirmiers et les agents de sécurité. Ils ont affirmé que le nombre d’infirmiers est insuffisant, faisant que ces derniers ne peuvent plus être à la disposition de tous les malades jour et nuit. «C’est le burn-out. Nous demandons à ce qu’il y ait un renforcement du personnel médical et paramédical dans ce service dans les délais les plus brefs. Car, les services de l’administration nous ont promis de recruter trois nouveaux infirmiers, à ce jour nous attendons toujours la concrétisation des cette promesses, faite il y a des mois», ont-ils martelé.

Concernant toujours le manque de personnel, les médecins ont estimé qu’ils font l’objet de toutes sortes d’agressions et de menaces durant les gardes de nuit. «Nous ne sommes plus à l’abri durant la nuit. En l’absence d’agents de sécurité, nous subissons régulièrement des menaces à l’arme blanche par certains parents des patients», ont-ils déclaré. Et de poursuivre qu’il y a un seul coursier, placé à l’entrée du service. Ce dernier, selon leurs affirmations, accompagne et oriente les patients, mais rien de plus. Les protestataires ont dénoncé également les vols effectués, au niveau de leur service, face à l’insécurité totale, toujours durant la nuit. Ce mouvement de protestation a provoqué la réaction de l’administration, et les responsables concernés ont promis de régler le problème dans les jours prochains sans donner un délai bien déterminé. 

Yousra Salem
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie