Régions Centre Tipaza
 

Tipasa : Une célébration de Yennayer dans la morosité

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 10.01.17 | 13h43 Réagissez

 
	Les groupe des artisans et des artistes célèbrent l'arrivée du nouvel an berbère 2967 au complexe ONCI du Chenoua (Tipasa)
Les groupe des artisans et des artistes célèbrent...

Il est loin le temps où les  familles rurales et urbaines des différentes agglomérations de la wilaya de Tipasa qui s’attelaient à célébrer  le nouvel an  Yennayer dans une indescriptible ferveur.

 

Les années sont passées. Des nouveaux  discours  notamment pseudo religieux, mais surtout insidieux  se sont « installés », pour d’abord dénigrer ces  coutumes qui  consolidaient  la convivialité  et la solidarité entre les  familles algériennes. La célébration de  Yennayer à Tipasa  ressemble à cette bougie qui éclairait  la société mais qui s’était  fondue hélas  au fil des années.

C’est donc dans la morosité, de surcroit  avec la passivité des  « incultes parachutés »  dans ce bout du territoire méditerranéen traversé par plusieurs  civilisations que le nouvel an Yennayer 2967 est célébré dans la wilaya de Tipasa. En dépit de cette féroce  adversité, à l’écart  des  regards et dans l’indifférence totale, qu’un groupe d’artistes et d’artisans avaient tenu à répondre favorablement  à la demande de l’ONCI du Chenoua, afin de célébrer à leur manière l’arrivée du nouvel an amazigh.

C’est au niveau du centre culturel « Abdelwahab Salim » du Chenoua que les artistes  peintres en l’occurrence  Imekraz  Saleha, Abbabssia  Djamila, Bouchachi  Ali et Djoua Ahmed  étaient venus avec  leurs  œuvres  pour exposer « leurs nouveaux nés » et  dévoiler leurs secret à travers les couleurs  de  leurs toiles. Le hall était vide. Djamila Abbabssia, une directrice d’école en retraite  et  maman d’un étudiant  retrouve d’autres  couleurs, l’ocre, le marron, le jaune, après avoir longtemps utilisé les couleurs grises et noires dans ses œuvres.  

« Je m’interroge  à présent  sur l’inactivité culturelle dramatique  à Tipasa  me dit-elle, nous autres les artistes peintres, nous nous rencontrons très rarement, je regrette les années  où  Hocine Ambez  travaillait à Tipasa », conclut-elle. Djamila Abbabssia  continue à explorer  le monde des femmes, car elle a remarqué  que la femme algérienne s’est  imposée par son travail au sein de son environnement. Naturellement, l’artiste peintre  n’a pas échappé à cette influence dans ses créations. 

La célébration au pied du Mont Chenoua à l’intérieur du bâtiment de l’ONCI  s’est articulée également sur une exposition des produits de l’artisanat, en cuivre, en argent, en argile, en rotin, en osier. Des artisans sont venus des wilayas de Boumerdes, d’Alger et de Blida pour se joindre à leurs  homologues de Tipasa, afin d’animer le second  hall consacré à l’artisanat. Les femmes et les hommes de Koléa et de Blida  avaient aussi organisé des kâadates avec leurs plats traditionnels, pour perpétuer les  traditions du nouvel an berbère et  faire découvrir la similitude dans certains aspects de la tradition algérienne. Enfin, le chant et la poésie  étaient présents pour égayer l’ambiance festive de la célébration de Yennayer 2967.

Le poète Ahmed Rahal, les  chanteurs  Zeffan Kader, Idris Djillali et la troupe  folklorique  Ihenachène  avaient  enrichi  le programme de ce nouvel  an, pour faire découvrir  toute  l’étendue de la richesse du patrimoine immatériel  amazigh dans la wilaya de Tipasa. Le jeune Karim,  Directeur de l’annexe de l’ONCI du Chenoua  avait réussi  son coup sans faire de  bruit, un feu d’artifice dans l’obscurité.

                                                                                                                                      

M’Hamed H
 
 
Votre réaction
 
El watan a décidé de suspendre provisoirement l’espace réservé aux réactions des lecteurs, en raison de la multiplication de commentaires extrémistes, racistes et insultants.
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

El Watan Etudiant

Indépendance Algérie

 

Vidéo

Constantine : Hommage à Amira Merabet

Constantine : Hommage à Amira Merabet
Chroniques
Point zéro Repères éco

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Les Blogs d'El Watan