Régions Centre Tipaza
 

Environnement : Un secteur qui se contente des constats

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 14.02.17 | 17h00 | mis à jour le 14.02.17 | 18h02 Réagissez

 
	Abdelkader Ouali, Ministre des ressources en Eau et de 
	l'Environnement, à Tipasa, explique la manière de protéger 
	l'environnement et éviter les gaspillages de l'eau.
Abdelkader Ouali, Ministre des ressources en Eau et de...

L’environnement est un secteur stratégique qui bénéficie d’une grande attention dans les grandes nations, car  l’avenir de la planète est en péril.

 

Des politiques sont engagées pour se protéger des catastrophes.  En Algérie,  on  se contente des constats. Des milliards de dinars avaient été investis par le Ministère de l’Environnement depuis le début des années 2000. Des institutions pour les différents secteurs avaient été crées et des textes de lois avaient signés officiellement. Or, moult contraintes se dressent sur le chemin de ceux qui veulent accomplir leurs missions sur le terrain.

L’actuel Ministre des Ressources en Eau et de l’Environnement (MREE), candidat aux prochaines législatives sous la casquette FLN ne cache sa détermination pour faire avancer le secteur de l’environnement. Son département ministériel s’attèle à regrouper les chercheurs, les universitaires, les associations de l’environnement, les opérateurs économiques, les représentants de la société civile et dernièrement les représentants de tous les médias nationaux, pour assurer une solidarité autour de la protection de l’environnement. A présent, la crise financière s’est installée.

C’est un problème. Forcément, le membre du gouvernement de Sellal reconnaît les tares, néanmoins a tenu à préciser que certaines  timides avancées positives sur la protection de l’environnement  avaient été réalisées. L’état de l’environnement en Algérie en 2017 est affaibli par les innombrables agressions.

Les écrits de la presse n’avaient pas manqué pour rendre visibles la nature violée par l’être  humain. « Le rôle des  journalistes algériens dans un premier temps c’est de provoquer l’éveil chez les citoyens et les opérateurs, il faut arriver à convaincre sur l’utilité de préserver jalousement toute cette nature qui existe dans toutes les wilayas de notre pays déclarait Abdelkader Ouali le jeudi dernier à Tipasa, lors de sa rencontre avec les journalistes des médias nationaux, tout le monde est concerné, et je dirai encore plus, la préservation de notre environnement naturel ,  la protection des écosystèmes et le développement durable  sont  à présent une cause nationale, les textes règlementaires et les institutions existent enchaine-t-il, nous allons créer une base de données pour chaque wilaya, ce sera une mission d’alerte pour l’observatoire nationale de l’environnement », indique le membre du gouvernement. 

La faune et la flore au niveau des forêts et de la mer  sont menacées. Les  constructions  illégales des habitations défigurent les tissus urbains et les espaces naturels. C’est une anarchie totale qui met la pression sur les populations, aggravée  par l’impuissance des fonctionnaires censés appliquer les textes de loi d’une part et d’autre l’insouciance des citoyens. « La protection de l’environnement concerne tout le monde », ne cessait de répéter Abdelkader  Ouali. 

Les responsables des services de l’environnement au niveau des APC sont mis en quarantaine, jusqu’à la limite de l’humiliation. « Franchement, je n’ai aucun contact avec le responsable de l’environnement, notre relation se limite aux écrits », nous confiait le P/APC d’une  importante commune de la wilaya de Tipasa. Le tri et le ramassage des déchets exigent une discipline et des moyens. Le traitement et la transformation de ces déchets exigent aussi des équipements. Dans le détail, rien n’est disponible sur le terrain.

Ce que déplore les élus locaux, qui attendent la construction des CET (centre d’enfouissement technique).  Interrogé par le journal El-Watan sur l’action que peut mener son Ministère sur la protection de la faune et la flore marine au moment où la pêche  à la dynamite continue à faire des dégâts dans la mer, sur les moyens que peut mobiliser son Ministère contre les constructions illicites au sein des forêts, alors que certains responsables  ne s’empêchent  pas d’agresser  les forêts en construisant leurs maisons illégalement et enfin la capacité de son Ministère pour soutenir les médias algériens financièrement , afin de les encourager à se mobiliser davantage dans le traitement quotidien de l’information sur l’état de l’environnement et les pollueurs, une façon pour sensibiliser un maximum de citoyens.

«  Je crois que votre dernière question relative au soutien financier du Ministère aux médias  n’a pas lieu d’être posée, rétorque Abdelkader Ouali au journaliste d’El Watan,  comme vous le savez, la situation financière actuelle ne le permet pas. Je répète que la mobilisation citoyenne est impérative. Donc, nous demandons une mobilisation générale pour préserver l’environnement. Pour ce qui est de la pêche à la dynamite, il existe des institutions algériennes  qui veillent sur la protection de la mer. En ce qui concerne la forêt, c’est à l’échelle de la wilaya que des services sont chargés de préserver le patrimoine forestier  contre les agressions », conclut-il .            

                                                                                                                                                                                                     

M’Hamed H
 
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

El Watan Etudiant

Indépendance Algérie

 

Vidéo

Constantine : Hommage à Amira Merabet

Constantine : Hommage à Amira Merabet
Chroniques
Point zéro Repères éco

Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie