Régions Centre Blida
 

Asil tarde à prendre son envol

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 12.01.17 | 10h00 Réagissez

Lors de son dernier forum, l’association des journalistes et correspondants de presse de la wilaya de Blida a reçu les membres fondateurs de cet art martial typiquement algérien, Asil, qui a été «reconnu par des spécialistes étrangers et qui n’arrive pas à se frayer son petit bonhomme de chemin dans son propre pays», selon ses partisans.

Tabtab Mustapha et Berrached Abd Essalam ont mis sur pied un nouvel art martial algérien qu’ils ont nommé  Asil. Asil est basé sur le fair-play, le respect de tous les autres sports de combat, il permet à l’athlète d’être toujours en forme et de pouvoir se défendre en cas d’agression. C’est un sport, assurent ses fondateurs, contre la violence. «Un esprit sain dans un corps sain» est le slogan prôné par ses «adeptes», qui sont encore peu nombreux dans ce sport qui s’intéresse avant tout à la beauté du corps, du geste et de l’esprit. Mais… bureaucratie ?

Lenteur bureaucratique ? «Nous avons déposé notre demande d’intégration de l’Asil à la Fédération algérienne des arts martiaux, le 27 novembre 2015 et nous attendons toujours», nous dit l’un des fondateurs ! «Cercle vicieux infernal : pour pouvoir exister sur le terrain, nous devons être homologués par la Fédération algérienne des arts martiaux, et pour en faire partie, nous devons avoir des adhérents dans plusieurs wilayas du pays !

Nous sommes présents, actuellement, dans trois wilayas, avec plus de cinq cents athlètes répartis sur Alger, Blida et Tlemcen». Le proverbe «nul n’est prophète en son pays» prend toute son sens dans le cas de cette équipe qui a reçu la visite des chaînes mondiales qatarie et Koweït Sport, une invitation à un tournoi et une démonstration, de la part de Marina Belyalvea, sous-directrice de la Fédération internationale Alpaga et arts martiaux, une proposition de travail avec l’Egyptien Ahmed Kenway, entraîneur de kung fu, en Australie, et un message d’encouragement de la part de l’union de self-défense américaine : un press-book modeste, mais qui se respecte, pour un sport qui n’existe que depuis peu !

«Notre rêve est de voir le nom de l’Algérie prononcé chaque fois qu’un athlète pratiquera ce sport à travers le monde. Nous devons apprendre à voir grand et à ne pas s’autocensurer ! Asil fera parler de lui, j’en suis convaincu, et très bientôt.» Dans quelques mois, dans quelques années, des sportifs chinois et japonais citeront, dans leur langue, le nom de l’Algérie en parlant de la discipline qu’ils pratiquent, dit, convaincu, l’un des deux fondateurs de ce sport bien de chez nous.

 

Mohammed Rahmani
 
 
Votre réaction
 
El watan a décidé de suspendre provisoirement l’espace réservé aux réactions des lecteurs, en raison de la multiplication de commentaires extrémistes, racistes et insultants.
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

El Watan Etudiant

Indépendance Algérie

 

Vidéo

Constantine : Hommage à Amira Merabet

Constantine : Hommage à Amira Merabet
Chroniques
Point zéro Repères éco

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Les Blogs d'El Watan