Régions Centre Alger
 

Les soirées du Ramadhan : Des grillades qui sèment le trouble

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 19.06.17 | 12h00 Réagissez

Au 22e jour de Ramadhan, l’ambiance festive a vite pris d’assaut les soirées.

Dans plusieurs communes de la capitale, des vendeurs de viande grillée pullulent, des odeurs de merguezs, de viande hachée et d’escalopes de dinde remplissent l’air d’une odeur, qui pour certains est des plus agréables et pour d’autres peu alléchante en raison d’un estomac plus que plein et de la provenance douteuse des viandes proposées.

A Oued El Kerma, commune de Semmar, une dizaine de vendeurs de ces viandes ont pris d’assaut les mètres de trottoirs détériorés. Ces derniers rencontrent un franc succès auprès des nombreux habitants résidant là-bas et de la part des automobilistes qui empruntent cette voie d’accès reliant l’autoroute de Semmar et sa zone à l’autoroute de Blida vers Baba Ali et d’autres wilayas.  Fait plus étonnant, devant les nombreuses petites échoppes qui proposent ce genre d’aliment, on trouve plus d’enfants que d’adultes.  Egalement ce type de vendeurs est visible à Dély Ibrahim, Aïn Benian, Bab El Oued, Tixeraïne, Draria.  

Un vendeur rencontré à Draria, non loin de la cité Afaq, explique que c’est une bonne affaire que de vendre de la nourriture durant les soirées ramadhanesques. «C’est un bon plan pour se faire de l’argent. Je vends une quarantaine de sandwichs chaque soir, en plus de proposer des tartes, des boissons et autres amuse-gueules. Je m’installe sur le trottoir 1 heure et demie après le f’tour et je reste en compagnie des mes amis jusqu’à 4h du matin», explique Fodil, un jeune vendeur.
Des pères de famille rencontrés à Bab El Oued, donnent des avis contradictoires. Certains affirment qu’ils n’ont pas peur de ces viandes du soir. D’autres, au contraire plus aguerris, dénoncent des ventes douteuses, des produits impropres à la consommation et une certaine arnaque à la consommation. «Les autorités doivent être plus vigilantes quant à ces vendeurs. Les gens ne savent pas ce qu’ils mangent, d’où cela provient. Les normes d’hygiène ne sont pas respectées. Des parents laissent leurs enfants manger ces produits. L’intoxication peut survenir à tout moment», s’indigne un père de famille.

Rachid Larbi
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...