Régions Centre Alger
 

A l’approche du mois sacré

Journée de sensibilisation sur «Le diabète et le Ramadhan»

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 13.05.18 | 12h00 Réagissez

 
	Les diabétiques de type 2 sont hautement exposés à une insuffisance rénale et à des Accidents vasculaires cérébraux (AVC), en raison du non-respect des conseils du médecin spécialiste durant la période de jeûne
Les diabétiques de type 2 sont hautement exposés à...

L’Association des diabétiques de la wilaya d’Alger a organisé, la semaine passée, en coordination avec l’Etablissement hospitalier de santé de proximité de Kouba, aux Annasser, une journée de sensibilisation sur «Le diabète et le Ramadhan».

L’événement a vu l’affluence d’un grand nombre de citoyens, en quête d’informations médicales et religieuses. A cette occasion, les médecins et les spécialistes ont déclaré que les diabétiques, notamment de type 2, sont hautement exposés à une insuffisance rénale chronique et à des accidents vasculaires cérébraux (AVC), en raison du non-respect des conseils du médecin spécialiste durant la période de jeûne.

A ce propos, le docteur en diabétologie, Sekhri Nassima, qui est également coordinatrice de la maison du diabète Bachir Laâdjouzi du Ruisseau, a conseillé tous les diabétiques de se rendre chez leur médecin pour savoir s’ils peuvent ou non jeûner, et pour adapter, si nécessaire, leur traitement.

Elle a exhorté les malades à se conformer aux orientations du médecin, d’autant plus que le mois sacré de Ramadhan coïncide avec la saison d’été, qui connaîtra cette année des températures élevées, rappelant la nécessité de boire beaucoup d’eau, de prendre des repas sains et équilibrés, en plus de l’autosurveillance de la glycémie et de la pratique d’une activité physique régulière.

De son côté, le Dr Kheireddine Mouna a mis en avant l’importance d’un régime alimentaire et des analyses de sang régulières (tous les 3 mois), appelant les malades à la vigilance durant le jeûne, faisant état d’une hausse de cas de déshydratation, d’hypoglycémie et d’hyperglycémie. Les Urgences de la capitale reçoivent durant le Ramadhan presque 50% des diabétiques en raison des complications du jeûne, a-t-elle ajouté. Par ailleurs, le chef de service des actions sociales et produits pharmaceutiques à la direction de la santé d’Alger, le Dr Berkich Zekagh Nadia, a fait état de la prise en charge de près de 45 000 diabétiques depuis le début de l’année 2018, par des spécialistes multidisciplinaires au niveau de 10 maisons du diabète, qui se trouvent dans les établissements hospitaliers de santé de proximité à Alger.

Elle a expliqué que l’objectif de cette campagne de sensibilisation, qui s’est poursuivie jusqu’au 11 mai à travers les polycliniques des Annasser, Ben Omar ainsi qu’aux cliniques proches de la capitale, est de mettre en exergue les risques et les complications liés au jeûne pour les diabétiques, ainsi que le dépistage des nouveaux cas. Dans ce sens, la nutritionniste Younes Nadjet a exhorté les diabétiques à ne pas hésiter à interrompre le jeûne quand la glycémie est inférieure à 0,70g/l ou supérieure à 3g/l, même à quelques minutes de l’Adhan.
 

K. S. et Agence
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

vidéos

vidéos
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...