Régions Centre Alger
 

24 heures

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 14.09.17 | 12h00 Réagissez


Rue Tanger (Alger-centre) : Désordre et puanteurs

La commune d’Alger-Centre est relativement plus propre et plus organisée que bien d’autres municipalités de la capitale. Des travaux d’aménagement et de nettoyage sont régulièrement effectués dans de nombreux quartiers de cette commune, mais une rue reste, bizarrement, toujours à l’abandon. Il s’agit de la rue Tanger, où les puanteurs et les ordures importunent sérieusement les citoyens, sans que rien soit fait pour en finir avec cette situation. Lors des dernières précipitations, cette rue est devenue, par endroits, impraticable, des mares d’eau se sont formées  et des odeurs émanaient de partout, renseignant sur l’absence totale d’hygiène. Pourtant, cette rue est connue pour ses restaurants et ses commerces très fréquentés, d’où la nécessité de veiller scrupuleusement sur la propreté des lieux. Les travaux de restauration d’un immeuble, dont les habitants ont été relogés, perdurent depuis des années, donnant aux lieux l’aspect d’un interminable chantier. Les trottoirs sont dégradés et sales. Il y a quelques mois, les services de la commune procédaient à un gros nettoyage en utilisant un camion-citerne, ce qui a été bien accueilli par les citoyens. Hélas, cette initiative ne semble pas s’inscrire dans la durée. En attendant que la mythique rue Tanger bénéficie d’une opération d’aménagement digne de ce nom, les commerçants et habitants doivent prendre leur mal en patience.

Douar BenZiane, à l’est de la capitale : Insalubrité et cadre de vie pollué

Les lotissements d’habitation qui se trouvent aux abords de Oued El Hamiz, particulièrement au lieudit Douar Benziane, sont insalubres et pollués. «Les odeurs qui émanent de l’oued sont insupportables, pourtant des solutions existent pour ce genre de problème», expliquent les habitants. En effet, afin de réduire l’intensité des odeurs, des solutions techniques existent. Elles ont été appliquées au niveau de oued El Harrach. Outre les odeurs nauséabondes, les habitants vivent au rythme des nuisances émanant du cours d’eau. «En été, nous sommes littéralement assaillis par les insectes. Nous devons protéger nos enfants en fermant toutes les issues de la maison. Le moindre relâchement dans la vigilance est synonyme de maladie. Nous lançons un appel aux autorités compétentes afin qu’elles  prennent en charge ce problème, car il y va de notre santé et de celle de nos enfants», concluent-ils.
 

 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...