Régions Centre Actu Centre
 

Inspection du travail de Laghouat

1135 procès d’infraction établis en 2017

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 14.03.18 | 12h00 Réagissez

 
	Centre-ville de Laghouat  
Centre-ville de Laghouat  

Pour les entreprises étrangères, 306 procès-verbaux d’infraction ont été enregistrés en 2017, et ce, à l’encontre de 157 entreprises.

Un nombre important de procès-verbaux a été constaté en 2017 par l’inspection du travail de Laghouat contre les dépassements quant au placement des travailleurs. «1135 procès-verbaux d’infractions concernant le recrutement non transparent ont été rédigés pendant l’année précédente par l’inspection du travail de Laghouat», a précisé Belalia Boukharouba, responsable de l’inspection du travail de la wilaya de Laghouat.

Ce dernier a affirmé que des procédures fermes ont été mises en avant par le wali de Laghouat pour mettre fin à ces dépassements «Conformément aux instructions du wali, l’employeur est dans l’obligation d’envoyer une copie de l’offre d’emploi à l’inspection de travail, ce qui nous permet de contrôler régulièrement le placements des travailleurs, en outre, à la fin de chaque trimestre, le premier responsable de la wilaya reçoit les contrevenants pour étudier cas par cas les dépassements enregistrés. Des initiatives qui ont été engagées ardemment par le wali de Laghouat», ajoute-t-il.

L’inspecteur du travail reconnaît que les sanctions appliquées contre les entreprises contrevenantes ne sont pas assez dissuasives. «Le contrevenant est puni d’une amende d’un million de centimes pour chaque travailleur recruté sans informer l’inspection de travail, une somme qui ne semble pas déranger une entreprises pétrolière», avoue notre interlocuteur. Pour les entreprises étrangères, 306 procès-verbaux d’infraction ont été enregistrés en 2017, et ce, à l’encontre de 157 entreprises.

«Les procédures concernant le placement d’un travailleur étranger sont très strictes, il doit obtenir un permis de travail et, également, une autorisation de travail qui précisent le lieu et la période de son passage en Algérie dans un cadre professionnel. Et quand l’entreprise étrangère bafoue les lois, elle sera classée directement dans la liste noire», explique ce responsable.

Pour rappel, en 2013, une instruction du Premier ministre a été mise en application contenant moult procédures relatives à la gestion de l’emploi dans les wilayas du Sud, dont l’obligation de passer via l’Anem lors d’un recrutement et la priorité de la main-d’œuvre locale.

«Les besoins en main-d’œuvre des entreprises implantées dans les wilayas du Sud, y compris celles dont les sièges sociaux se trouvent hors de ces wilayas, doivent être obligatoirement satisfaits en priorité, notamment pour la main-d’œuvre qui n’est pas hautement qualifiée par le recours à la main-d’œuvre locale conformément à la législation en vigueur», peut-on lire dans cette instruction.

 

Taleb Badreddine
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

vidéos

vidéos

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie