A la une International
 

Sahara Occidental : Le procès des prisonniers de Gdeim Izik reporté

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 17.06.17 | 12h00 Réagissez

Le procès en appel des prisonniers politiques sahraouis du groupe Gdeim Izik, repris début juin, a été reporté au 11 juillet prochain.

Il s’agit du cinquième report du procès des 24 militants sahraouis qui ont été arrêtés, torturés et condamnés à de lourdes peines sur la base d’aveux signés sous la torture en raison de leur participation à la protestation au camp sahraoui de Gdeim Izik en 2010. Les condamnations ont été prononcées le 16 février 2013 par le tribunal militaire à l’issue d’un procès inique, marqué notamment par le refus d’entendre les témoins cités par la défense et d’ordonner une expertise médico-légale concernant les allégations de torture des accusés.

Jeudi, les avocates de ces militants sahraouis, jugés par la cour d’appel de Rabat, ont dénoncé à Paris la justice marocaine qui a été instrumentalisée pour régler des comptes politiques, après six mois d’audience marqués par l’absence de preuves. «La justice est instrumentalisée pour régler des comptes politiques entre Etats et avec le Front Polisario», ont affirmé les deux avocates Ingrid Metton et Olfa Ouled, toutes deux expulsées violemment du Maroc, dans une conférence de presse à l’occasion de la publication d’un rapport d’observations de la défense sur le procès de Gdeim Izik devant la cour d’appel de Rabat.

Le rapport sera envoyé au président français, Emmanuel Macron, au ministère des Affaires étrangères, aux ambassades, aux institutions internationales et aux ONG. Durant le procès, les accusés ont été interrogés sur des procès-verbaux qu’ils affirment avoir signé sous la torture, mais la cour d’appel a refusé de prendre en considération la décision du Comité de l’Onu contre la torture, qui a, rappelle-t-on, condamné le Maroc pour de multiples violations de la Convention contre la torture : torture pendant l’arrestation, l’interrogatoire et la détention du militant sahraoui Naâma Asfari, absence d’enquête sur les allégations de torture répétées, violation de l’obligation de garantir le droit de porter plainte à travers des représailles contre la victime et l’un de ses avocats, violation de l’obligation d’indemnisation et réparation, prise en compte d’aveux signés sous la torture et mauvais traitements en détention.

En dépit de cela, la cour d’appel a refusé de faire droit aux multiples demandes de la défense d’exclure ces procès-verbaux de la procédure, ont-elles déploré, faisant observer que les expertises médicales présentées par la cour sur la torture des accusés sont tronquées.

 

R. I.
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie