A la une International
 

Sahara occidental : Le procès de Gdeim Izik touche à sa fin

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 16.06.17 | 12h00 Réagissez

Le procès en appel des prisonniers politiques sahraouis du groupe Gdeim Izik se poursuivait hier à Salé (Rabat), au moment où une campagne internationale est menée pour dénoncer les violations graves subies par les 24 prisonniers politiques qui font l’objet d’un procès inique.

Le procès des 25 Sahraouis accusés d’avoir assassiné 11 membres des forces de l’ordre marocaines en 2010 touchait à sa fin, hier, près de Rabat, avec un verdict attendu début juillet. Les plaidoiries de la défense ont démarré mercredi et devaient se terminer hier devant le tribunal de Salé, a indiqué, à l’AFP, Brahim Rachidi, avocat d’une des familles des victimes. A l’issue de l’audience de mardi, le procureur avait requis de «lourdes peines sans les spécifier», tout en laissant au tribunal la possibilité de requalifier les faits.

«Le parquet est persuadé que les pièces à conviction examinées confirment la culpabilité des accusés dont certains ont été pris en flagrant délit», a déclaré à la presse le procureur général, Hassan Daki. De leur côté, les avocats des accusés, commis d’office par le tribunal après le retrait des accusés et de leur défense à la mi-mai, ont contesté certaines preuves présentées, et soulevé, mercredi, «l’irrégularité d’adresser de nouveaux chefs d’accusation ou de requalifier les actes pour des peines plus lourdes».

Avant les délibérations, les accusés, qui refusent désormais de rejoindre la salle d’audience pour comparaître, seront appelés à la barre pour s’exprimer. «Le verdict devrait tomber début juillet», a fait savoir l’avocat marocain. Le «procès de Gdeim Izik», du nom du camp de déplacés où avaient été tués 11 policiers et gendarmes marocains en novembre 2010 près de la ville de El Ayoun, au Sahara occidental sous contrôle marocain, avait repris fin décembre devant une juridiction civile, après un premier jugement devant un tribunal militaire en 2013 au Maroc.

A l’issue du premier procès, 25 Sahraouis avaient été condamnés à des peines allant de 20 ans de réclusion à la perpétuité. Face aux contestations d’ONG et de proches des condamnés, et à la suite d’une réforme de la justice militaire marocaine, l’affaire a été renvoyée devant une juridiction civile. Les accusés et leur défense s’étaient retirés du procès pour dénoncer ses «irrégularités», selon l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT), qui coordonne une partie de la défense des accusés.

Mardi, cette même association a déposé «une requête auprès de plusieurs rapporteurs spéciaux de l’ONU» pour «dénoncer les violations graves» subies, selon elle, par les militants sahraouis, qui «font l’objet d’un procès inique, caractérisé notamment par la prise en compte d’aveux signés sous la torture». La Coordination des familles et amis des victimes a, quant à elle, dénoncé «une stratégie de la défense visant à empêcher la cour d’examiner sereinement les actes reprochés aux accusés». Depuis la reprise du procès en décembre, les deux parties ont donné une version radicalement opposée des débats, marqués par des moments de vives tensions, dans la salle d’audience comme aux abords du tribunal.

Au Maroc, cette affaire reste sensible, avec en toile de fond le dossier du Sahara occidental, ancienne colonie espagnole contrôlée en grande partie par le royaume, et dont le Front Polisario réclame l’indépendance. Les autorités marocaines n’ont cessé de mettre en avant la «transparence» et «l’équité» des débats, selon elles, avec la présence d’observateurs internationaux. L’Association des amis de la République arabe sahraouie démocratique (AARASD) a indiqué que le procès des prisonniers politiques sahraouis a pris une tournure plus inquiétante avec les plaidoiries des parties civiles qui veulent ajouter les charges de «terrorisme domestique».

R. I.
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie