Pages hebdo Santé
 

Réalisation du projet pilote de Télémédecine

Une activité à l’agonie

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 25.12.16 | 10h00 Réagissez

Lancé en grande pompe, le projet du réseau de télémédecine en Algérie RT-DZ semble à l’agonie.

Les cinq centres hospitalo-universitaires (CHU), douze établissements publics hospitaliers (EPH) partiellement opérationnels et rattachés à un site central qui sert de plateforme de pilotage du réseau, au niveau de l’Agence nationale de documentation de la santé (ANDS), sont pratiquement à l’arrêt. Le nombre de séances d’étude de dossiers et de prise en charge de patients ne dépassent pas les deux séances, généralement d’une d’urée de deux heures mensuellement depuis son lancement l’année dernière.

Une situation qui semble être ignorée par les autorités, à savoir le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, tant que les frais du projet sont encore à la charge du fonds d’appropriation des usages et de développement des technologies de l’information et de la communication (Faudtic), conformément à la convention- cadre du ministère de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication et le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière (MPTIC-MSPRH), et ce, durant trois années. Il faut rappeler que le programme a été réalisé en deux phases.

La première consistait en la réalisation d’un prototype du réseau pilote, auquel participent les établissements, dont le CHU de Bab el Oued, l’EPH de Laghouat et celui de Béchar, et la deuxième phase portera sur le déploiement de tout le réseau pilote RT-DZ par l’interconnexion des sites restants (CHU Mustapha, Ben Messous, Constantine, EHU Oran, APH Adrar, EPH Tamanrasset, Tindouf, Illizi, El Bayad, Ouargla, Ghardaïa, Naama, El Oued et Biskra). Les comptes rendus mensuels de l’activité de télémédecine de certains établissements, transmis aux directeurs de la santé et de la population, font état de zéro séance de ces établissements censés prendre en charge des patients à «distance».

Si certains responsables des structures tentent de régler les problèmes rencontrés en termes de connexion à (internet), dont la liaison de télécommunication dédiée en fibre optique à deux mégabits/seconde à chacun des établissements, d’autres ignorent même si la ligne est toujours fonctionnelle. Des techniciens en la matière s’inquiètent pour ce projet qu’ils jugent «bien fait sur le plan technique, mais qui nécessite un caractère institutionnel pour sa gestion, son évaluation et son contrôle». A noter que de par son caractère national, le réseau est appelé à rattacher l’ensemble des établissements de santé et à s’étendre au niveau national.

En Algérie, les premiers pas de la télémédecine remontent au début des années 2000, date à laquelle le CHU de Beni Messous avait lancé des formations à distance avec des hôpitaux étrangers et en 2011, le ministère de la Santé a conclu une convention avec le département de la Poste et des TIC portant rattachement des cinq CHU du nord du pays avec ceux du Sud et des Hauts-Plateaux.

Dans la perspective du développement de la télémédecine, une convention-cadre a été signée l’année dernière au CHU de Beni Messous entre le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf, et celui de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, Houda Iman Feraoun, pour le développement d’un réseau national de soins et de télémédecine.

L’objectif de cette convention était de relancer les soins et la formation à distance à travers la mise en place d’un réseau de communication solide entre les établissements hospitaliers des wilayas du Nord, du Sud et des Hauts-Plateaux, en vue d’assurer la prise en charge sanitaire des citoyens et afin de faire bénéficier les médecins de ces régions des expériences des professeurs universitaires des régions du Nord.

«Cette opération, qui s’inscrit dans le cadre de la modernisation du secteur, vise également à asseoir une base solide de la médecine de proximité», avait indiqué le ministre, qui avait annoncé la création de départements sanitaires dans le cadre de la nouvelle carte sanitaire regroupant les secteurs public et privé en vue d’améliorer la prise en charge sanitaire sur l’ensemble du territoire national.

Les travailleurs réclament leurs salaires et indemnités

L’Agence nationale de documentation de santé (ANDS), chargée du suivi des projets, vit actuellement une grave crise de gestion. Les travailleurs risquent de ne pas percevoir leurs salaires. Dans une lettre adressée à la directrice par intérim, dont des copies ont été adressées à la presse nationale, au ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, les travailleurs lancent un SOS «aux pouvoirs publics et à votre conscience pour assumer vos responsabilités afin d’assurer nos salaires et autres indemnités.

Il y a lieu de porter à la connaissance de tous que votre salaire de DG par intérim dépasse largement le salaire des travailleurs tous réunis». «Nous restons mobilisés jusqu’à la satisfaction de notre droit constitutionnel», ont-ils écrit. Comme ils déplorent l’absence des conditions de travail et les moyens pour accomplir leur mission.
D. K.

Djamila Kourta
 
Du même auteur
Soins ODF interrompus à l’hôpital Mustapha Pacha : Le matériel caché par le professeur chef de service
Clinique centrale des grands brûlés d’Alger : Baptisée Claudine et pierre Chaulet
Rupture de bandelettes de contrôle glycémique : 1,8 million de boîtes bloquées à la douane
Campagne de dépistage du cancer du colon : Première opération pilote à Béjaïa
Vaccination contre la rougeole et la rubéole : La campagne est reportée pour la prochaine rentrée scolaire
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Vidéo

Constantine : Hommage à Amira Merabet

Constantine : Hommage à Amira Merabet
Chroniques
Point zéro Repères éco

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie