Pages hebdo Santé
 

Prise en charge du cancer bronchique en Algérie : Des réseaux régionaux préconisés

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 14.05.17 | 12h00 Réagissez


Le cancer broncho-pulmonaire (CBP) représente, avec le cancer du sein, un véritable problème de santé publique en Algérie, d’où l’urgence de mettre en place des réseaux régionaux de prise en charge des malades atteints de cette maladie. Des professionnels de la santé, présents à la journée thématique organisée samedi au CHU de Tizi Ouzou, ont appelé à la conjugaison des efforts médicaux pour répondre à l’impératif de coordination des acteurs dans la prise en charge des patients.

L’objectif de ce premier noyau lancé en Kabylie est d’associer à cette initiative une équipe multidisciplinaire regroupant l’ensemble des intervenants dans le traitement de cette pathologie, qui a connu des hausses inquiétantes, et ce, en dépit des moyens mis en place par les pouvoirs publics, notamment le Plan national cancer 2015-2019 proposé au président de la République, et dont l’objectif principal est de diminuer la mortalité et la morbidité de la maladie. Intervenant à l’ouverture des travaux, le Dr Toudeft, chargée du registre cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou, a indiqué que le cancer bronchique progresse dangereusement dans notre pays, constituant la première cause de mortalité chez les hommes : «La pathologie survient chez des sujets de plus en plus jeunes. Le taux de mortalité est très élevé, car c’est un cancer très agressif. Le taux de survie après 5 ans varie entre 1% et 5%, avec une survie médiane de 9 à 20 mois.» L’Algérie a enregistré 2382 cas de décès par cancer du poumon en 2012 et 2852 cas en 2015, a-t-elle relevé.

Dans la wilaya de Tizi Ouzou, sur une période de 14 ans (1997-2011), il a été enregistré 14 596 nouveaux cas de cancer toutes localisations confondues, dont 1084 cas de cancer broncho-pulmonaire, soit un taux de 7,4% , a précisé le Dr Toudeft. «Un homme fumeur a 10 fois plus de risque d’être atteint d’un cancer bronchique qu’une personne qui n’a jamais fumé. Le tabagisme est le premier facteur de risque de contracter une maladie cancéreuse des bronches chez l’homme et est responsable de 92% des décès par cancer bronchique chez les hommes et de 72% chez les femmes. D’un point de vue épidémiologique, le tabac provoque 9 cancers bronchiques masculins sur dix», selon elle. Prévenir le cancer du poumon consiste avant tout à cesser de fumer et à éviter le tabagisme passif, préconise la même intervenante. Le Dr Zine Charaf Amir, du service de pathologie (CHU Mustapha), a confirmé de son côté l’incidence du cancer bronchique qui suit une courbe ascendante, affirmant que le CBP est le premier cancer chez l’homme en Algérie, 70% des cas diagnostiqués sont à un stade localement avancé ou métastatique.

Le Dr Mahmoudi, directeur d’une clinique privée à Tizi Ouzou, a consacré son intervention à l’aspect radiologique du cancer bronchique et l’intérêt du Pet Scan, un examen consistant à injecter un produit dans le corps, qui va se fixer sur les tumeurs et/ou métastases. Le Pet Scan sert à détecter une tumeur cancéreuse et à surveiller son évolution. Les autres communications au programme de cette journée scientifique, organisée par le CHU Nedir Mohamed, en collaboration avec l’Association des pneumologues de la wilaya, ont porté sur l’amélioration du diagnostic du cancer bronchique, le rôle du pathologiste dans la prise en charge de la maladie, la chimiothérapie et les thérapies ciblées.

Ahcène Tahraoui
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie