Pages hebdo Santé
 

Le projet de téléradiologie mis aux oubliettes

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 25.12.16 | 10h00 Réagissez

Dans le cadre du réseau de télémédecine, il a été également annoncé le projet de réalisation, ultérieurement, d’un réseau pilote national de téléradiologie, en recourant à des solutions de radiologie, facilitant, à leur tour, la prise en charge-diagnostique des malades.

Un projet qui risque de ne pas connaître de suites, vu les conditions dans laquelle se bat aujourd’hui l’Agence nationale de documentation de la santé (ANDS) chargée de la gestion de ce projet et l’élaboration d’un cahier des charges avant le 31 décembre en cours. «Nous n’avons pas de quoi payer le cahier des charges.

Les caisses de l’agence sont vides», a déclaré la directrice par intérim au ministre de la Santé, Abdelmalek Boudiaf, lors d’une réunion de coordination au ministère de la Santé. L’avenir de ce projet tant réclamé par les spécialistes sera donc retardé, voire classé, dans les tiroirs, affirment des observateurs. Pourtant une convention de mise en œuvre pour la réalisation de ce réseau national en téléradiologie a été signé le 10 octobre 2016. Selon des indiscrétions, l’ANDS tente de préparer un cahier des charges dans la précipitation, tout en sachant que les choses risquent d’être bloquées lorsque des dépenses doivent être effectuées.

«Cette opération risque de connaître le même sort que le projet de la télémédecine qui agonise», nous confie-t-on. Le réseau, avait souligné Abdelmalek Boudiaf, ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, initiateur du projet, qui épargnera aux malades les déplacements lointains, permettra de relier des centres d’imagerie opérationnels avec les établissements de santé dotés d’équipements de radiologie, mais dépourvus de spécialistes dans le domaine.

La finalité étant d’assurer une couverture sanitaire étendue aux régions enclavées du pays et de garantir une meilleure prise en charge radiologique des urgences médico-chirurgicales. Financé par le Faudtic à hauteur de quatre cent cinquante millions de dinars, dont la libération des financements est conditionnée, selon la convention signée entre le ministère de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication et l’ANDS pour une période de 24 mois, par la fourniture d’un rapport de présentation des opérations réalisées, accompagné des justificatifs administratifs et comptables pour chaque opération d’acquisition de services ou de fournitures prises en charge par le fonds.

Djamila Kourta
 
Du même auteur
Médicaments : Seulement 60% des programmes sont délivrés
Réagissant au malaise profond dans la corporation : Le collectif des professeurs en médecine saisit les hautes autorités
Traitement contre le cancer du sein : Enquête de pharmacovigilance sur le docétaxel suite à des décès en France
Installation du nouveau conseil national de l’ordre des médecins : La lutte contre l’activité illégale de la médecine, une priorité
Augmentation des prix et rupture de médicaments : Les pharmaciens d’officine en situation d’asphyxie
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

El Watan Etudiant

Indépendance Algérie

 

Vidéo

Constantine : Hommage à Amira Merabet

Constantine : Hommage à Amira Merabet
Chroniques
Point zéro Repères éco

Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie