Pages hebdo Magazine
 

Les Algériens et le sucre: une histoire d’amour mortelle

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 23.06.17 | 12h00 Réagissez

 
	L’excès de sucre favorise la production d’insuline qui entraîne le stockage de sucre dans les cellules
L’excès de sucre favorise la production d’insuline qui...

En dépit des recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et des associations locales, les Algériens demeurent accros aux produits sucrés. Durant le Ramadhan la consommation s’accentue.

Farah, 28 ans, maman d’une petite fille, est une grande consommatrice de kelblouz. «Il me faut ma dose après le ftour. Et lors du shour, il faut obligatoirement que j’en remange, sinon, je ne pourrai pas tenir le lendemain.» Ce que Farah ne sait pas, c’est qu’elle fait complètement fausse route. En effet, contrairement aux idées reçues, il ne faut absolument pas surconsommer des aliments sucrés durant le Ramadhan.

A cet effet, Hamid Brahimi, nutritionniste explique : «La consommation en sucre rapide durant le mois de Ramadhan devrait être encore moins importante, car le sucre augmente la soif et engendre une élévation du taux de sucre dans le sang (hyperglycémie) qui sera toujours suivie d’une hypoglycémie secondaire avec apparition de la faim de nouveau.» Autrement dit, manger des sucreries de façon exagérée augmente la faim et la soif en définitive.

«Ceci est également valable pour les jours ordinaires», soutient le spécialiste. Mais Farah n’est pas un cas à part. Fatiha, 39 ans, maman de deux enfants, est carrément dépendante du sucre. Elle raconte : «Depuis mon plus jeune âge, je consomme le sucre à la cuillère. Je ne parle pas du sucre à l’état brut seulement, mais tout ce qui est sucré de façon générale. Que ça soit de la pâte à tartiner, de la confiture, gâteaux en tous genres… tout passe !».
 

Morphine

Suite à cette «dépendance», Fatiha a rencontré de nombreux problèmes de santé, notamment lors de ses deux grossesses. «Aujourd’hui, je ne peux plus m’en passer. Le problème est qu’il n’y a aucun traitement pour mon cas. Même mes enfants connaissent ma dépendance. Quand il m’arrive de perdre connaissance, si j’en ai pas mangé assez, ils me portent jusqu’au lit et me laissent jusqu’à ce que je reprenne connaissance.» Ce dont souffre Fatiha est médicalement connu.

En fait, un apport excessif en sucre cause une dépendance grave et sa suppression crée des symptômes de sevrage semblables au sevrage de la morphine ou de la nicotine. Ainsi, plus précisément durant le mois sacré et la période qui le suit (l’Aïd), la consommation de sucre, de gâteaux, de friandises et autres mets gourmands augmente sensiblement. Ainsi, si la norme mondiale de consommation de sucre est estimée à 20 kg par an, les Algériens eux font exploser les statistiques avec une moyenne de 42 kg par an.

D’ailleurs, une récente étude du ministère de la Santé a démontré que les Algériens consomment trois fois plus de sucre par rapport aux normes internationales. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’ancien ministre du Commerce, défunt Bakhti Belaïb, a procédé l’année dernière à l’installation d’un groupe de travail chargé de la mise en œuvre de mesures destinées à lutter contre l’utilisation abusive du sucre, du sel et des matières grasses dans les denrées alimentaires. Ce groupe de travail était appelé à élaborer «dans l’immédiat» un dispositif réglementaire et normatif régissant l’utilisation du sucre, du sel et des matières grasses dans les aliments.
 

Risques

Cependant, jusqu’à ce jour, aucune information n’a filtré sur le respect, ou pas, de cette mesure. Mais finalement, quels seraient les risques d’une surconsommation de sucre sur la santé ? Selon Hamid Brahimi, les conséquences se situent à plusieurs niveaux. Le spécialiste met d’abord en garde contre les conséquences sur le cerveau : «Le sucre provoque des phénomènes neuro-inflammatoires qui, avec le temps, finissent par diminuer la mémoire. Le cerveau consomme certes beaucoup de sucre, mais il ne faut pas pour autant lui en donner plus qu’il n’en faut.» Le sucre peut aussi attaquer le cœur.

A cet effet, Hamid Brahimi explique : «Il a été prouvé que la consommation de plus de 74 g de sirop de maïs augmente de plus de 30% le risque d’hypertension artérielle.» Autre organe qui peut être endommagé par une surconsommation de sucre : le rein. En effet, selon Hamid Brahim, l’hyperglycémie provoquée par la consommation excessive de sucres rapides endommage les petits vaisseaux des reins qui finiront à la longue par ne plus jouer leur rôle de filtre, favorisant ainsi l’insuffisance rénale chronique. En plus de tous ces dangers, le sucre peut s’attaquer aux dents, favorisant les caries mais aussi sur le poids.
 

Cancer

En effet, l’excès de sucre favorise la production d’insuline qui entraîne le stockage de sucre dans les cellules. Ainsi, quand il n’est pas éliminé par un effort physique, il se transforme en graisse. Il est à noter que «la surconsommation de sucre supprime une hormone de notre corps : la leptine qui provoque la sensation de satiété à chaque repas.

On a toujours envie de manger quand on consomme du sucre», confie Hamid Brahimi. Par ailleurs, l’excès de sucre favorise l’augmentation des triglycérides et l’installation du diabète de type 2. Il ralentit alors l’action des globules blancs et donc les moyens de défense de l’organisme ainsi que la cicatrisation. Enfin, il nourrit et favorise les cellules cancéreuses. En effet, le sucre va aider à développer une richesse vasculaire autour du cancer. Ce circuit veineux autour de la tumeur est appelé «angiogénèse». Finalement, selon Hamid Brahimi, la surconsommation de sucre est néfaste aussi bien en temps normal qu’en période de Ramadhan.

On assiste malheureusement à la surconsommation de sucre pendant le Ramadhan, ce qui annihile en fait tous les bienfaits du jeûne. Qu’en est-il des diabétiques ? «80% des musulmans pratiquants atteints de diabète de type 2 pratiquent le jeune. Est-ce dangereux pour ces malades ? Pour le diabète de type 2, ça n’est pas dangereux. La question se pose plus pour les diabétiques de type 1, qui sont dépendants de l’insuline. Médicalement parlant, il ne leur est pas conseillé de suivre le Ramadhan», confie Lakhdar Amokrane, médecin.
 

Importation

La raison : le risque est de tomber en hypoglycémie peut être extrêmement dangereux, voire mortel pour eux. Autre facteur dangereux pour ces malades : la déshydratation. En effet, selon le spécialiste, la déshydratation peut être problématique pour ces personnes, ainsi que le moment de la rupture du jeûne, potentiellement source de déséquilibre. «En un mois, le Ramadhan  va déséquilibrer le diabète des patients. Mais on voit parfois des diabétiques de type 1 qui y tiennent absolument. On leur conseille de s’adapter en ne prenant pas d’insuline le matin par exemple, et en surveillant bien leur glycémie pendant la journée», conclut-il. Par ailleurs, si les Algériens sont de «gros» consommateurs de sucre, ils sont aussi de très gros importateurs.

En effet, la facture d’importation des quatre premiers mois de l’année en cours s’est établie à 293,71 millions de dollars (contre 244,62 millions de dollars), soit en hausse de près de 20,1%. La raison évoquée : compte tenu de l’absence de culture de canne à sucre et de betterave sucrière, la totalité du sucre brut (essentiellement du sucre de canne) est importée. A cet effet, l’expert agronome Akli Moussouni confie : «Il faut savoir que l’Algérie produisait de la betterave sucrière dans la vallée du Chlef qui profitait en même temps au marché du sucre et à l’alimentation animale mais aussi c’est une filière abandonnée. On a même construit une usine de traitement de sucre à Khemis Miliana pour traiter le sucre d’importation. Quant à la canne à sucre on aurait pu la produire à la plaine de Abbdellah, à Bechar, qu’on avait érigée du périmètre mais qu’on a abandonnée aussi».
 

Réformes

Finalement, selon l’expert, en matière de cultures industrielles, nous avons seulement développé la tomate dans la région de Skikda, Guelma et Annaba avec des milliards d’hectares et 23 usines de transformation mais dont 20 sont fermées. Actuellement, on tente de déterrer une filière qui a déjà perdu toute une génération de professionnels. L’expert pointe du doigt les réformes. Il explique : «Tout ça est la conséquence directe de réformes populistes et politiciennes de l’agriculture algérienne à travers des politiques agricoles sans objectifs économiques basées sur la simple distribution des deniers de l’Etat à travers du fameux programme de développement national agricole.» Ce dernier conclut : «Il n’y a pas de problématique du sucre séparément, mais c’est toute la problématique du développement économique du pays qui pose problème. On en a construit un château de cartes qui risque de s’effondrer à tout moment.»

Bekhti Belaib avait demandé aux producteurs de boissons de revoir le taux de sucre à la baisse

En juin 2016, l’ancien ministre du Commerce, Bekhti Belaib, avait ordonné aux producteurs de boissons de réduire le taux de sucre dans la composition des boissons. «Le taux de sucre est très élevé (dans les boissons). Nous devons respecter les normes internationales en vigueur et c’est pour cette raison qu’une décision dans ce cadre sera prise très prochainement», avait-il annoncé. Jusqu’à ce jour, aucune information sur le respect, ou pas, de cette notion n’a été livrée.

 

Les Algériens, gros consommateurs de sucre

Selon une étude du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, réalisée en septembre 2016, le pays consomme trois fois plus de sucre et de matières grasses par rapport aux normes internationales. Selon ces normes, la moyenne de consommation du sucre par habitant ne doit pas dépasser les 20 kg annuellement. En Algérie, la consommation moyenne de sucre est de l’ordre de 42 kg par habitant et par an.

 

L’Algérie, 7e plus gros importateur de sucre au monde

L’Algérie est le 7e plus gros importateur mondial de sucre avec 1,53 million de tonnes annuelles, selon l’Organisation internationale du sucre (ISO). Durant les premiers quatre mois de l’année, la facture d’importation des sucres et sucreries s’est établie à 293,71 millions de dollars (contre 244,62 millions de dollars), en hausse de près de 20,1%. Compte tenu de l’absence de culture de canne à sucre et de betterave sucrière, la totalité du sucre brut (essentiellement du sucre de canne) est importée.

 

Types de sucres

Il faut faire une distinction entre les bons sucres et les mauvais sucres. Il existe 3 types de sucre :
Les sucres « rapides » : ce sont les sucres qui s’assimilent très rapidement dans l’organisme tel le sucre blanc.
Les sucres « cachés » : qui sont mis à notre insu  dans tous les produits transformés de l’industrie agro alimentaires, ils sont dissimulés savamment sur les étiquettes d’emballage (glucose, glucose-fructose, saccharose, lactose, maltose, sirop de glucose de mais, sucralose… Il y a plus de 50 noms attribués au sucre). Ces sucres se retrouvent dans les biscuits (même ceux prétendus sans sucre), les conserves, les bouillons cube, les potages, les sauces tomates (1 cuillère à soupe de ketchup contient 1,5 morceau de sucre ; boite de fromages portions : 4 morceaux de sucre ; yaourt aromatisé : 2 morceaux de sucre). Ces sucres nous empoisonnent et ont été ajoutés insidieusement dans tous les aliments pour flatter le goût et augmenter leur consommation.
Les sucres « lents » : ils s’assimilent lentement et ne font pas augmenter considérablement la glycémie, ce sont les bons sucres (riz, pâtes complètes, légumineuses, céréales complètes, couscous).

 

Le saviez-vous ?

Une consommation excessive de sucres par grignotage, d’aliments transformés et de boissons et un des quelques facteurs-clés causant, dans le monde entier, une augmentation des maladies bucco dentaires, des maladies cardiovasculaires, des cancers et du diabète.
Les boissons sucrées (telles que les sodas et les boissons énergisantes) constituent la source principale de «calories vides», qui contiennent des taux élevés d’énergie et aucune valeur nutritionnelle.
Boire une canette (355 ml) de boisson sucrée par jour peut conduire à une prise de poids de 6,5 kg en un an.
Boire des boissons sucrées régulièrement (près d’une canette par jour) augmente le risque d’apparition de diabète de type 2 de 22%.
 Un apport excessif en sucres cause une dépendance grave et sa suppression crée des symptômes de sevrage semblables au sevrage de la morphine ou de la nicotine.
Pour les jeunes enfants et les enfants en âge préscolaire, l’apport en sucres libres doit être proportionnel à celui des adolescents, soit environ 30 g par personne et par jour.
65 pays dans le monde consomment plus de 100 g de sucres par personne et par jour (soit deux fois la dose recommandée).

 

5 conseils du docteur Brahimi :

Pour réduire la consommation de sucre il faut :

A Dieu les boissons gazeuses

-Arrêter la consommation de boissons gazeuses sucrées. Il faut savoir qu’une cannette contient 7 morceaux de sucre et un litre de soda contient 20 morceaux de sucre.

-Une consommation modérée

L’Organisation mondiale de la santé préconise une consommation journalière de sucre qui ne doit jamais dépasser 9 cuillères à café /jour chez l’homme, 6 c-à-c/j chez la femme et 4 c-à-c chez l’enfant. Mais attention dans ces quantités, il faut intégrer tous les sucres «cachés».

-Eduquer le palais des enfants

-S’interdire de donner des sucres rapides avant l’âge de 3 ans. Il est plus facile d’éduquer le goût des enfants que de rééduquer celui des adultes.
-Surveiller son alimentation

Ce qui est valable pour le diabétique reste valable pour les non-diabétiques. Le diabétique doit faire attention à bien manger. Le non-diabétique devrait manger comme un diabétique et non l’inverse. Car le régime diabétique est l’alimentation idéale que tout un chacun devrait suivre.

-Privilégier les sucres lents

En nutrition, si nous considérons que la ration calorique journalière de l’individu doit contenir 50% de glucides, nous préconisons 90% de ces glucides sous forme de sucres lents et seulement 10% de sucres rapides.

Sofia Ouahib et Ryma Maria Benyakoub
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie