Pages hebdo Histoire
 

Sétif : Ferhat-Mekki-Abbas, de retour au bercail

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 22.12.16 | 10h00 Réagissez

 
	Ferhat Abbas
Ferhat Abbas

Ce retour au bercail coïncide avec le 31e anniversaire de la disparition de l’homme aux grandes convictions.

Après de longues années d’absence, le premier président du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA), Ferhat-Mekki-Abbas retourne le 24 décembre 2016, chez lui à Sétif. Ce retour au bercail coïncide avec le 31e anniversaire de la disparition de l’homme aux grandes convictions.

Afin de rendre hommage et justice au militant, au journaliste et au leader politique toujours vénéré du côté de la capitale des Hauts-Plateaux où il est affectueusement surnommé le «tigre», l’Office de la culture et du tourisme de la ville de Sétif a convié des historiens, des doctorants, des membres de la famille Abbas, et des journalistes à remettre sur la table la vie, le parcours et le combat de l’enfant de Bouafroune (Jijel).

Retraçant la vie du pharmacien à Aïn Fouara, un documentaire de 26 minutes, conçu et réalisé par notre confrère Khalil Hedna, sera projeté à l’occasion. Le document comportera les témoignages de bon nombre de Sétifiens ayant côtoyé l’homme, dont les empreintes demeurent ancrées dans les entrailles d’une cité qui n’oublie pas.

Dans sa communication, l’historienne Malika Rahal, qu’on ne présente plus, axera sur la vie de Ferhat. Historien de la presse nationale, le professeur Zoheir Ihaddadène évoquera, quant à lui, «Ferhat Abbas, le militant». L’intervention de l’historien Abdelmadjid Merdaci s’articulera sur les grandes étapes du parcours du journaliste qui signait ses papiers sous le pseudonyme Kamel Abencerage.

Ayant beaucoup de choses à dire à propos de l’homme, du militant et de l’intellectuel, son neveu, Nassim Abbas va certainement éclairer l’assistance, notamment les jeunes, curieux de faire connaissance avec l’une des personnalités marquantes de l’histoire contemporaine de notre pays. Les relations du fondateur des AML (Amis du manifeste et des libertés) avec le mouvement associatif et les massacres du 8 Mai 1945 seront débattues.

Il convient de souligner que ce rendez-vous, l’un des plus importants événements culturels de fin d’année, le rendez-vous sera ponctué d’un hommage au tigre et à son fidèle compagnon, cheikh Amar Guemmache dit Sawt El Arab, décédé dernièrement. L’importance du thème et la stature du tigre vont, à n’en pas douter, inciter du beau monde à mettre le cap sur la maison de la culture de l’antique Sitifis…
 

Kamel Beniaiche
 
Du même auteur
Sétif : Un cadre urbain déplorable
M’Hamed Kaki. Corédacteur de l’Appel de la reconnaissance des crimes coloniaux commis par la France : «La colonisation continuera de ronger la vie politique française»
ES Sétif : Djezzy et la polémique du centre de formation
Elle est tenue chaque année à Sétif : La marche du 8 Mai aura-t-elle-lieu ?
CHU de Sétif : La pédiatrie dans un état lamentable
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Vidéo

Constantine : Hommage à Amira Merabet

Constantine : Hommage à Amira Merabet
Chroniques
Point zéro Repères éco

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie