Pages hebdo Histoire
 

Relizane

Hommage au chahid Adda Benouda

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 15.03.18 | 12h00 Réagissez

C’est à Djidioua où est tombé au champ d’honneur, il y a 56 ans, le chahid Si Zaghloul, que les autorités locales ont décidé de commémorer l’anniversaire de sa mort.

C’était au douar Ouled Aicha que le valeureux commandant a été surpris par les forces coloniales quelques semaines seulement avant la proclamation de l’indépendance, le 14 mars 1962. Un riche programme a été alors concocté par les organisateurs pour, d’un côté, rappeler, à la nouvelle génération, les grands sacrifices consentis par leurs aïeux pour le recouvrement de l’indépendance et, d’autre, faire connaître les vertus de cet enfant de la région. Si Zaghloul, de son vrai nom Adda Benouda, n’a connu que des difficultés durant toute sa vie. Dès son petit âge, à 3ans, il quitta son douar Anatra, dans la région de Sidi M’hamed Benouda, pour rejoindre avec sa mère, souffrante alors, Oran. Son passage dès son bas âge, 5 ans, au foyer de son oncle, lui permit de s’initier au militantisme.

A 21 ans, il rejoint les rangs du MTLD avant d’être mobilisé sous la contrainte pour participer à la guerre d’Indochine. Avec ce qu’il a acquis, il rallia le maquis en 1956. Ses dispositions ont vite été remarquées par les responsables du FLN d’alors puisqu’il fut nommé sous-lieutenant chargé de la direction des opérations militaires de la région allant d’Oran à Nedroma. Il fut alors l’artisan de plusieurs batailles et embuscades comme la bataille de Tafraoui et l’embuscade de Madagh.

En 1959, devenu alors lieutenant après le congrès de la Soummam, il fut blessé dans le Témouchentois. Arrêté, il subit, avant son incarcération à la prison d’Oran et sa condamnation à la peine capitale, d’horribles supplices. Après 8 mois de détention, il s’évada de la prison St Leu où il a été transféré et rejoignit le maquis de la zone V où il dirigea des opérations menées dans les régions de Sig, Beni Chougrane et Oued R’hiou. En mars 1962, dénoncé par des traîtres, le valeureux commandant ne put cette fois-ci échapper aux balles du colonisateur.      

Issac B
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie