Pages hebdo France-actu
 

Djemila Benhabib. Auteure

«Un pied dans la modernité et un autre dans l’archaïsme»

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 13.12.16 | 10h00 Réagissez

«Un pied dans la modernité et un autre dans l’archaïsme»


Quel a été votre premier sentiment sur les distinctions qui honorent votre combat pour la laïcité ?

A chaque fois que je remporte une quelconque distinction, je sais pertinemment qu’au-delà de mon engagement personnel, le jury reconnaît d’abord une démarche collective, certes que je symbolise jusqu’à un certain point, mais qui est surtout portée, ici et là, par des gens qui ont à cœur de défendre les grandes valeurs humanistes, l’égalité entre les femmes et les hommes et bien entendu la laïcité.

Alors, je ne peux m’empêcher de penser à tous ces résistants de la plume de chaque instant. Surtout lorsque je sais dans quelles conditions difficiles ces militants travaillent. Je pense en particulier à ceux qui, dans le monde musulman, consacrent leur énergie à lutter contre l’islam politique. Car c’est là que la bataille est terriblement violente et en même temps décisive.

C’est là que beaucoup de choses se jouent pour ne pas dire l’essentiel. Pensons à la Syrie, à l’Irak, à la Turquie, à l’Iran, à la Tunisie, pour ne citer que ces quelques pays. J’ai aussi une pensée à l’égard de tous ceux qui sont partis prématurément, notamment en Algérie, fauchés par les balles assassines de la barbarie islamiste. Se souvenir d’eux dans ces circonstances me fait mesurer la grandeur de leur engagement.

Ne craignez-vous pas que ce récent prix maçonnique qui vous a été attribué brouille le sens de votre action et renforce les critiques de vos détracteurs ?

Mon action n’a aucunement changé d’orientation, depuis la publication de Ma vie à contre Coran en 2009. Je reste attentive à cette question essentielle de la séparation des pouvoirs politique et religieux. Tant et aussi longtemps que cette problématique n’est pas résolue d’une façon sérieuse, les blocages vont demeurer au sein de notre société et de nos institutions. Regardez tout le mal que nous avons à définir un projet éducatif digne de ce nom et au diapason de son époque.

Pourquoi ? Car nous continuons à avoir un pied dans la modernité et un autre dans l’archaïsme avec tout ce que cela sous-entend d’assujettissement aux dogmes wahhabites. La vérité, c’est que le fait de ne pas trancher sert les intérêts des islamistes et de leurs sponsors, qui, chaque jour, gagnent du terrain et détournent beaucoup de nos enfants de la vie et de ses exigences. Jusqu’à quand ? Garantir la liberté de conscience c’est asseoir l’ensemble des autres libertés et installer un climat favorable au respect de l’altérité.

Quelle est votre actualité ? Que préparez-vous ?

Je suis invitée à donner une dizaine de conférences dans plusieurs villes françaises au mois de décembre. La France a célébré la loi concernant la séparation des Eglises et de l’Etat du 9 décembre 1905. Et j’ai été invitée à partager mon expérience et mes analyses sur la question. 

Plusieurs prix honorent Djemila Benhabib

Djemila Benhabib a reçu il y a peu, à Paris, le prix Humanisme 2016 de l’Institut maçonnique de France pour son essai Après Charlie – Laïques de tous les pays, mobilisez-vous !(éditions H&O 2016), préfacé par Boualem Sansal, dans le cadre du Salon du livre maçonnique de Paris. A Montréal, elle a aussi reçu le prix Condorcet-Dessaulles 2016 du Mouvement laïque québécois (MLQ) pour le même livre. Dans cet ouvrage qu’El Watan avait chroniqué lors de sa parution, Djemila Benhabib rend hommage à Charb (dessinateur de Charlie Hebdo), des mains de qui elle avait reçu le Prix international de la laïcité en 2012, avant de dénoncer l’autocensure de nombreux médias sur le «naufrage obscurantiste de l’islam».

Ecrivaine, journaliste, enseignante et conférencière, vivant à Montréal (Québec, Canada), Djemila Benhabib a reçu aussi cette année à Bruxelles le Prix de la liberté d’expression pour l’ensemble de son œuvre, à l’occasion de la 2e édition du Difference Day, événement organisé dans le cadre de la Journée mondiale de la liberté de la presse.W. M.
 

Walid Mebarek
 
Du même auteur
Elles ont déjà le regard tourné vers les législatives : La droite et la gauche sous le choc en France
Présidentielle française : L’avenir de la France se dessine aujourd’hui
Le terrorisme frappe la France à j-2 de la présidentielle : Une élection sous tension
Présidentielle 2017 : Droite et extrême droite instrumentalisent l’identité française
Eric Dupin. Journaliste, auteur : «La question identitaire ne peut être résolue qu’avec le règlement de la crise économique et sociale»
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Vidéo

Constantine : Hommage à Amira Merabet

Constantine : Hommage à Amira Merabet
Chroniques
Point zéro Repères éco

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie