Pages hebdo France-actu
 

Pour le défenseur des droits

«Un déni d’existence des exilés»

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 20.06.17 | 12h00 Réagissez

«La volonté de ne plus voir de migrants à Calais conduit à ce que plus aucun abri ne soit toléré : les personnes — entre 500 et 600, selon plusieurs informations croisées —, dont des mineurs, dorment à même le sol, quelles que soient les conditions climatiques, parfois avec un sac de couchage donné par les associations.

Ils disent être traqués jour et nuit dans plusieurs sous-bois de la ville. Les migrants ne peuvent dès lors plus dormir, ni même se poser ou se reposer et restent constamment sur le qui-vive. Ils sont visiblement dans un état d’épuisement physique et mental. Tous les points d’eau ayant été supprimés, les migrants ne peuvent pas se laver, ni même boire. Se laver et boire de l’eau est leur principale demande», s’indigne le défenseur des droits, dans un communiqué publié après sa visite de la région de Calais dans les Hauts de France.

«Les femmes, qui ne bénéficient plus d’aucune structure dédiée depuis le démantèlement du centre Jules Ferry, sont susceptibles de faire l’objet de viol et d’exploitation sexuelle. Certaines ont des nourrissons et plusieurs bébés vont naître dans les prochaines semaines. Aucun dispositif d’accueil ou d’hébergement ne leur semble accessible, alors même que la protection maternelle et infantile impose une telle prise en charge (…).»

Le défenseur des droits mène d’ailleurs des investigations s’agissant des entraves qu’auraient subies les associations et les mineurs dans l’accès au dispositif de douches mis en place jusqu’au mois de mai par le Secours catholique. Ce n’est pas la première fois que Jacques Toubon intervient.

Depuis 2015, il avait signalé les problèmes. Il «regrette que les faits constatés aujourd’hui lui aient à ce point donné raison. Il exhorte les pouvoirs publics à ne pas s’obstiner dans ce qui s’apparente à un déni d’existence des exilés qui, présents sur notre territoire, doivent être traités dignement, conformément au droit et aux engagements internationaux qui lient la France».

Walid Mebarek
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie