Pages hebdo France-actu
 

Immigration, droit d’asile : Les mesures radicales de Marine Le Pen

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 05.05.17 | 14h49 Réagissez

Suppression du droit du sol, durcissement des conditions de la naturalisation.... Marine Le Pen, dans la ligne droite du parti qu’elle représente, avait lancé sa campagne sur le « patriotisme" et la "préférence nationale", veut aussi supprimer l'aide médicale d’État et imposer un délai de deux ans avant qu'un étranger puisse voir ses soins remboursés.

 

« Je n'ai rien contre les étrangers, mais je leur dis: 'Si vous venez dans notre pays, ne vous attendez pas à être pris en charge, à être soignés, que vos enfants soient éduqués gratuitement, maintenant c'est terminé, c'est la fin de la récréation!' » avait lancé la présidente du FN, en décembre dernier. Face au tollé provoqué par ses propos, elle avait ajouté que cette proposition ne concernerait que les enfants « clandestins ».

Pour sa part, Emmanuel Macron  veut une « immigration de la connaissance », avec un accent sur l'immigration qualifiée (allègement des procédures...).

Il fait de l'intégration des étrangers en situation régulière « une priorité absolue », mais se contente d'évoquer amélioration de l'offre linguistique et « programmes locaux d'intégration ».

La France « doit être à la hauteur de sa tradition historique d'accueil », même s'il faut se montrer « inflexible avec les personnes qui ne remplissent pas les conditions de séjour sur notre territoire », estime le candidat d'En Marche!

En matière de droit d’asile,  pour la présidente du FN, il ne pourra être demandé que « dans les ambassades et consulats français dans les pays d'origine ou les pays limitrophes ». Emmanuel Macron, quant à lui,  souhaite ramener à six mois, recours compris, la durée d'examen des demandes d'asile.

 

La réalité en quelques chiffres

Limiter à 10 000 par an le nombre de nouveaux immigrants légaux en France. C’est le chiffre avancé par le FN depuis six ans. C’est le point 26 du programme du FN en vue des présidentielles : « Réduire l’immigration légale à un solde annuel de 10 000 ». Le document n’en dit pas plus. L’extrême-droite voudrait faire croire à l’existence d’une vague d’immigrés continue arrivant en France chaque année. Les études de l’ONU démontrent qu’entre 1995 et 2015, le nombre d’immigrés n’a que très faiblement augmenté en France. L’arrivée de nouveaux immigrés représente à peine 0,4% de la population totale de la France chaque année.

Du côté des naissances, en 20 ans, de 1995 à 2014, le nombre d’enfants nés de parents étrangers hors zone UE sur le sol français, d’après les chiffres de l’INSEE, reste globalement constant, à un niveau très faible passant de 5,6% à 6,7%. La légère augmentation est due à la baisse du nombre d’enfants de deux parents de nationalité française plutôt qu’à une augmentation des naissances d’enfants de parents étrangers. Ce nombre d’immigrés est inférieur de trois fois au solde naturel des naissances. En clair, ce sont bien les enfants nés sur le sol français qui constituent plus des trois quarts de l’augmentation de la population chaque année

Nadjia Bouzeghrane
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie