Pages hebdo France-actu
 

En bref…

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 28.02.17 | 12h00 Réagissez


- Le vote des étrangers revient dans la campagne présidentielle

Lorsque les historiens du futur exhumeront la lente et périlleuse tentative d’accorder le droit de vote aux étrangers résidant en France, ils seront surpris par les promesses à répétition, jamais suivies d’effet. Le premier avait été, en 1981, le candidat François Mitterrand. Il y a presque 36 ans. Aujourd’hui, le nouveau candidat à la présidentielle, Benoît Hamon, remet sa proposition sur la table. «Je le soumettrai à référendum dès mon arrivée à l’Elysée», explique-t-il doctement dans un entretien au journal du soir Le Monde.

«Il faut en finir avec l’hypocrisie qui consiste à l’inscrire dans son programme mais à ne jamais essayer de le mettre en œuvre sous prétexte que le pays n’est pas mûr». Le journaliste lui demande alors si le sujet est mûr dans l’opinion publique : «Les Français décideront. Je ferai campagne pour». Quant à ce qu’on nomme «discrimination positive» depuis la mandature de Nicolas Sarkozy : «Je refuse les quotas… En revanche, je suis pour des politiques différenciées. Faire plus pour ceux qui ont moins, dans les zones rurales comme dans les quartiers».

- La reconnaissance de l’état de Palestine

Quelque 154 députés et sénateurs français de tous les bords politiques demandent à François Hollande la reconnaissance de l’Etat de Palestine, dans un courrier transmis dimanche à l’AFP. «La France doit marquer sa volonté de sortir de l’impasse sur ce conflit en réaffirmant solennellement, au nom du droit inaliénable à l’autodétermination, que le peuple palestinien est fondé à se doter d’un Etat. Il en va du respect du droit international comme de la sécurité d’Israël», écrivent ces parlementaires au chef de l’Etat français.

La plupart des groupes politiques, de gauche comme de droite, sont représentés dans la liste des signataires. Dans celle-ci figurent notamment Gilbert Roger, sénateur socialiste et président du groupe d’amitié France-Palestine, les communistes Marie-George Buffet et Pierre Laurent, les sénatrices écologistes Aline Archimbaud et Esther Benbassa, les socialistes Marie-Noëlle Lienemann, Mathieu Hanotin et Catherine Tasca, ainsi que du parti de droite Les Républicains Jean-Luc Reitzer et Michel Voisin.

Le président palestinien a salué cette lettre comme «un signal clair de la volonté de sortir de l’impasse dans laquelle se trouve le processus de paix du fait du refus du gouvernement israélien de mettre fin à l’occupation des Territoires palestiniens et de sa volonté de détruire par tous les moyens la solution à deux Etats».

- Le Crif, représentant du gouvernement israélien ?

Jean-Luc Mélenchon s’est dit, dans un communiqué, «profondément choqué» mercredi dernier de l’attitude «antirépublicaine» du Crif, qui ne l’a pas convié à son dîner annuel au motif, a expliqué son président, qu’il véhicule selon lui «la haine», au même titre que la présidente du Front national Marine Le Pen.

«Me comparer au parti d’extrême droite dont l’histoire européenne est mêlée aux pires atrocités commises contre les juifs est une faute morale et politique», a-t-il ajouté. «Je rappelle aux dirigeants de cette organisation que j’appartiens à un courant politique dont les membres ont été pourchassés, déportés, massacrés par les fascistes et les nazis.» Sur RTL, le président du Crif, Francis Kalifat, avait invoqué une raison «très simple» pour expliquer que ni Marine Le Pen ni Jean-Luc Mélenchon n’aient été conviés.

«Tous les deux véhiculent la haine», avait-il dit, ajoutant que «d’un côté, à l’extrême droite, c’est la haine de l’autre et le rejet de l’étranger (...) et à l’extrême gauche, c’est la haine d’Israël et la déligitimation d’Israël. Donc, je crois qu’ils n’ont pas leur place dans ce dîner.» Pour Jean-Luc Mélenchon, «si le Crif représente le gouvernement israélien et, pour cette raison, considère que j’en suis un opposant, je confirme que, comme beaucoup d’Israéliens d’ailleurs, je ne soutiens pas le gouvernement de Netanyahu, ni ceux qui ne s’offusquent pas de la violation des résolutions de l’ONU.»

Nadjia Bouzeghrane
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Vidéo

Constantine : Hommage à Amira Merabet

Constantine : Hommage à Amira Merabet
Chroniques
Point zéro Repères éco

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie