Pages hebdo France-actu
 

les événements marquants de 2016

Deux ans après Charlie Hebdo

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 03.01.17 | 10h00 Réagissez

 
	Les auteurs de l’attentat contre Charlie Hebdo
Les auteurs de l’attentat contre Charlie Hebdo

Le risque terroriste est toujours là. L’attaque de Berlin attise les craintes et, sans pouvoir élever le niveau d’alerte déjà à son quasi maximum, des milliers de policiers, gendarmes et militaires (100 000) ont été déployés pour la nuit du passage à la nouvelle année.

L’arrestation en fin d’année d’un interne de l’hôpital de Marseille, soupçonné de sympathie djihadiste, est un autre signe d’inquiétude. Il a été appréhendé à Istanbul, en Turquie. Un jeune hospitalier, dont le serment est de sauver les vies, peut-il passer à un autre acte que chirurgical ? Se surnommant lui-même «albistouri», cet homme de 29 ans aura réussi à créer la stupeur, un peu comme l’émotion, en été 2016, lorsque des femmes, donneuses de vie, avaient été arrêtées à Paris pour une tentative d’attentat.

Un peu aussi comme le présumé terroriste de Berlin, un ressortissant tunisien qui a pu passer, après le carnage de Berlin, par les Pays-Bas, puis vers la Belgique et enfin la France par Lyon et Chambéry, avant d’être abattu à Milan, en Italie. Certains réalimentant alors les débats sur la liberté de circulation entre les pays européens, sujet qui sera au menu des débats électoraux en 2017.

Voilà de quoi alimenter en France la confusion, les fantasmes et simplement l’inquiétude en matière sécuritaire en ce début d’année 2017 où, à la fin de la semaine, le 7 janvier, on commémorera le deuxième anniversaire de l’attentat inaugural, celui de Charlie Hebdo. En oubliant que les premiers attentats, sans gravité spectaculaire, furent commis quelques jours auparavant en décembre 2014.

A Nantes, un automobiliste à bord d’une camionnette avait foncé sur les chalands d’un marché de Noël. Cela préfigurait l’attentat du 14 juillet 2016 à Nice et celui du marché de Noël à Berlin à la fin décembre 2016. D’autres attaques au couteau avaient eu lieu à Dijon et Joué-les-tours. Une anticipation à quinze jours du massacre des journalistes et dessinateurs de Charlie Hebdo, puis de l’épicerie casher.

Le 13 novembre 2015, ce fut le choc des attentats de terrasses parisiennes et de la salle de spectacle du Bataclan. Ces meurtres, signés de l’organisation Etat islamique, sonnaient en France l’heure de l’état d’urgence, de nouveau prolongé jusqu’au printemps 2017.
Au plan international, après l’intervention au Sahel depuis 2012, cela annonçait la guerre renforcée contre Daech en Irak, dans le cadre d’une coalition internationale.

En novembre 2015 aussi, on apprenait l’arrestation d’un homme de 25 ans, qui avait un projet d’attaque contre des militaires de la Marine nationale à Toulon. D’autres faits survinrent en 2015. Le 3 février 2015, à Nice, trois militaires en faction devant un centre communautaire juif sont agressés au couteau. Le 19 avril 2015, Sid Ahmed Ghlam, étudiant algérien en informatique, est arrêté à Paris, soupçonné d’avoir tué une femme et préparé un attentat contre une église de Villejuif dans la banlieue sud de Paris.

Le 26 juin 2015, Yassin Salhi tue et décapite son patron Hervé Cornara à Chassieu (Rhône) puis, brandissant des drapeaux islamistes, tente de faire exploser l’usine Air Products de Saint-Quentin-Fallavier (Isère), en précipitant son fourgon contre des bouteilles de gaz avant d’être arrêté.

Le 13 juillet 2015, quatre jeunes de 16 à 23 ans, dont un ancien militaire, sont soupçonnés de projeter l’attaque du camp militaire de Fort Béar, à Port-Vendres (Pyrénées-Orientales).

Le 21 août 2015, dans le train Thalys Amsterdam-Paris, des militaires américains maîtrisent un homme lourdement armé qui ouvre le feu. Deux personnes sont blessées. En 2016, le 13 juin, un policier de Magnanville (Yvelines) et sa compagne employée au commissariat de Mantes-la-Jolie sont assassinés chez eux.
 

Walid Mebarek
 
Du même auteur
Gilles Manceron. Historien : «L’Algérie française constitue un terreau fertile pour l’extrême droite»
Crimes de la colonisation : L’idée des excuses fait son chemin
Présidentielle 2017 : Il n’y aura pas de candidat unique de la gauche
Une illustration de la violence coloniale «Massacre de Thiaroye : : le mensonge d’Etat»
Olivier Le cour Grandmaison*. Historien : «Qu’Emmanuel Macron signe l’appel à la reconnaissance des crimes coloniaux commis par la France !»
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

El Watan Etudiant

Indépendance Algérie

 

Vidéo

Constantine : Hommage à Amira Merabet

Constantine : Hommage à Amira Merabet
Chroniques
Point zéro Repères éco

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie