Pages hebdo Etudiant
 

Programme Universitaire Erasmus : 30 ans de mobilité et une appli !

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 14.06.17 | 12h00 Réagissez

Programme Universitaire Erasmus : 30 ans de mobilité et une appli !

Le programme d’échanges universitaires entre 33 pays d’Europe fête ses trente ans jusqu’au 14 juin. Erasmus est l’acronyme de EuRopean community Action Scheme for the Mobility of University Students (ou en français, Programme d’action de la communauté européenne en matière de mobilité des étudiants).

Erasmus a permis à plus de trois millions d’étudiants européens de passer un semestre ou un an d’études dans une université partenaire. Si jusqu’aux années 1990, le programme s’adressait uniquement aux étudiants, il s’est élargi depuis. Désormais il concerne aussi les jeunes diplômés, les demandeurs d’emploi, les professionnels du monde associatif, les apprentis…

Mais la plus grosse population reste celle des étudiants. Ils sont 3,3 millions à avoir bénéficié d’un semestre ou d’une année d’études dans une université partenaire. Afin de promouvoir l’enseignement supérieur européen, la Commission européenne a financé le programme «Erasmus Mundus». Un programme qui vise à contribuer à élargir et à améliorer les perspectives de carrière des étudiants et à favoriser la compréhension interculturelle avec des pays tiers répartis par «lots», en accord avec les objectifs de la politique extérieure de l’Union européenne. L’autre action du programme rasmus Mundus vise à constituer des partenariats d’universités, constituées en consortiums, composés d’universités européennes et d’universités des pays tiers et à organiser des flux de mobilités d’étudiants et de personnels entre l’Europe et les pays tiers grâce à des bourses d’une durée de 3 mois à 3 ans.

Echanges

Il existe un programme dans le programme ! En effet, «Battatuta» est le nom donné appartenant au Lot 1 (Algérie, Egypte, Libye, Maroc, Tunisie), Battuta a été sélectionné par la Commission européenne pour la période 2013-2017. Composé de 19 établissements d’enseignements supérieurs, 8 européens et 11 en Afrique du Nord, et de trois partenaires associés, le programme permettra l’échange de 285 individus, étudiants et personnels, entre les deux régions. Par ailleurs, Erasmus, le programme qui depuis 30 ans a permis à plus de 9 millions de personnes de partir étudier à l’étranger, a désormais son «appli» spécifique sur smartphone, destinée notamment à faciliter les démarches administratives des candidats au départ, a annoncé mardi la Commission européenne.

Cette application permettra aux étudiants de «suivre l’état d’avancement des différentes démarches administratives avant, pendant et après leur séjour à l’étranger», mais également de «partager et voter pour leurs conseils favoris pour aider les autres à s’intégrer à la population locale», a expliqué l’Exécutif européen dans un communiqué. «Erasmus est une bonne réponse à la bêtise des égoïsmes nationaux et du repli sur soi», a souligné le président de la Commission, Jean-Claude Juncker, lors d’une cérémonie organisée dans l’hémicycle du Parlement à Strasbourg pour célébrer les 30 ans d’Erasmus - avec la présence symbolique de 33 participants à ce programme, un pour chaque pays participant.
 

APPLI

«Chaque euro que nous investissons dans le programme Erasmus+ est un investissement dans l’avenir — l’avenir d’un jeune et de notre idée européenne», a ajouté le chef de l’Exécutif européen à propos de ce dispositif considéré comme le programme européen ayant connu le plus grand succès. «Selon des rumeurs non officielles, on parle même d’un million de +bébés Erasmus+.

La Commission n’est pas responsable de cela, mais je me félicite de cette forme de croissance commune européenne», a ajouté M. Juncker. Créé le 15 juin 1987, le programme Erasmus permettait à l’origine aux seuls étudiants de partir suivre une année de cursus à l’étranger. Mais il n’a cessé de s’étendre, passant de 11 pays inscrits au départ à 33 pays participants. Désormais nommé Erasmus+, il a aussi gagné élèves du primaire et du secondaire, des lycées professionnels, demandeurs d’emplois, etc. «L’avenir, c’est de permettre à chacun de vivre cette expérience, même si sa famille n’a pas les moyens financiers de l’accompagner», a souligné l’eurodéputée allemande Petra Kammerevert, en charge des questions d’éducation au Parlement.

L’UE consacre au total 14,7 milliards d’euros à Erasmus+ pour la période 2014-2020, soit 1,5% du budget communautaire, mais «à l’avenir, nous devons viser un niveau de 3%», a-t-elle ajouté. Outre les 28 pays membres de l’Union, le programme Erasmus+ inclut la Turquie, la Macédoine, la Norvège, l’Islande et le Liechtenstein. Après le Brexit, «nous espérons que le Royaume-Uni restera dans Erasmus, c’est essentiel», a commenté mardi le référent du Parlement européen pour les négociations avec Londres, Guy Verhofstadt. Ce point «doit être une priorité dans les négociations avec les Britanniques», a-t-il ajouté.
 

Faten Hayed
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie