Pages hebdo Etudiant
 

Nassim Belouar. Economiste, étudiant et blogueur

Pour maîtriser un nouveau savoir, il faut être pluridisciplinaire

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 09.05.18 | 12h00 Réagissez

Pour maîtriser un nouveau savoir, il faut être pluridisciplinaire

Selon le centre de recherche de l’université d’Oxford, 85% des emplois dans le numérique en 2030 n’existent pas aujourd’hui.

 L’enjeu est donc de former et d’orienter les étudiants dans des métiers où ils ne seront pas remplacés par les futures techniques de production. Chaque innovation de rupture nécessite de nouvelles connaissances, ce qui rend obsolètes les connaissances déjà acquises.

A l’échelle macro, nous sommes confrontés à deux contraintes pour adapter la formation aux besoins futurs. La première est que l’innovation ne se planifie pas car elle répond à un contexte. La deuxième raison est la lenteur des réformes éducatives pour l’adaptation, d’une part, l’innovation est d’une croissance exponentielle, d’une autre part, notre système éducatif a été pensé au XXe siècle. Néanmoins, nous pouvons, sur la base des tendances actuelles, dire que le centre de l’économie numérique de demain sera : le data, la sécurité, l’information et le conseil. Ce qui nous aidera à prédire les métiers qui ont un fort potentiel de croissance.

Le data est au centre des enjeux politiques et économiques, les entreprises qui sauront récolter et analyser le data seront plus efficaces et efficientes. Nous allons éprouver de la peine à trouver de bonnes compétences dans le secteur du cloud computing, du big data, de l’économétrie et de l’IOT car le peu d’étudiants qu’on forme partent à l’étranger poursuivre leurs carrières. Si le data est au centre des intérêts, la sécurité des données est également un enjeu important. Nous aurons besoin de beaucoup d’experts en sécurité informatique ou en blockchain, par exemple.

Le numérique révolutionnera également les métiers liés à l’information, comme le marketing digital où les entreprises auront besoin de community managers, d’influenceurs et de marketeurs de tribu, par exemple, alors que dans nos universités aujourd’hui on continue à réduire le marketing autour des 4P. Enfin, je pense que le domaine du conseil va avoir lui aussi une forte croissance à l’avenir. Vu cette dynamique exponentielle des nouvelles technologies, les chefs d’entreprise ou les individus en général auront du mal à suivre le mouvement, ce qui engendrera une forte demande de conseil dans la transformation digitale, l’audit et la modernisation des outils des entreprises. Face à ces nouvelles opportunités, des métiers vont disparaître ou du moins beaucoup changer.

Je peux citer le métier d’avocat qui sera concurrencé par l’intelligence artificielle ; les comptables et les notaires quant à eux verront le blockchain faire le travail mieux qu’eux. Il faut donc prendre en considération ces facteurs car les étudiants qu’on forme aujourd’hui seront sur le marché de l’emploi jusqu’en 2060. Le conseil que je peux donner aux étudiants ou à ceux qui sont à la recherche d’un métier qui leur convient, c’est d’être pluridisciplinaire. Dans cette dynamique, ce n’est pas le savoir qui est le plus important, mais la capacité de maîtriser un nouveau savoir.

 

Etudiant : les autres articles

Qaada Science : Promouvoir la culture des sciences Réagissez

 

Journée mondiale de la diversité biologique : Rien ne semble être fait pour enraye l’érosion de la Biodiversité Réagissez

 

Jean-Pierre Quignard. Professeur à l’université de Montpellier : Les lagunes méditerranéennes ont une grande valeur écologique, sociale et économique Réagissez

 

Mohamed Hichem Kara. Professeur à l’université de Annaba : Le maintien de la biodiversité n’est possible que dans un environnement sain et équilibré Réagissez

 

Un ouvrage de 1500 pages du Pr. Mohamed Hichem Kara (Annaba) et du Pr Jean-Pierre Quignard (Montpellier) consacré à la biodiversité en Méditerranée Réagissez

 

Aviation Training school : Sortie de la première promotion de pilotes Réagissez

 

Abdelmadjid Fechkeur. Directeur de l’école Aviation Training School (ATS) : Nous avons pour ambition d’installer un campus à Tiaret Réagissez

 

Conférence internationale sur l’énergie, matériaux, énergétique appliquée et pollution ((ICEMEAP ) : Une mise à jour des développements technologiques Réagissez

 

Projet de développement et de rationalisation de la gestion des ressources humaines à l’université de Souk Ahras : Cinq ateliers pour pallier les lacunes administratives Réagissez

 

Belkacem Benzenine. Docteur en philosophie politique et chercheur au Crasc d’Oran : «Les libertés académiques sont menacées» Réagissez

 

Tous les articles

Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

vidéos

vidéos
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...