appel à projets
Pages hebdo Etudiant
 

Communiqué de presse

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 11.01.17 | 10h00 Réagissez

Cité universitaire Mohamed Yousfi (ex- Revoil)
Mesdames et Messieurs, journalistes et agents de presse,

Nous, résidentes à la cité universitaire Mohamed Yousfi (ex-Revoil) et étudiantes à :

- Ecole nationale supérieure d’informatique ESI (ex-INI)
Ecole polytechnique d’architecture et d’urbanisme
- Ecole nationale polytechnique
- Ecole préparatoire des sciences et techniques d’Alger
- Ecole nationale des sciences et technologies

Sollicitons votre soutien dans l’espoir de vous voir porter notre cause et nous aider à nous faire entendre.
En effet, nous sommes en grève ouverte depuis le jeudi 5 janvier 2017, et ce, pour les raisons suivantes :  

- Panne générale des radiateurs et chauffages de la cité. Effectivement, nous vivons depuis le début de l’hiver dans le froid, plusieurs filles sont tombées malades (grippes, engelures, rhumatismes…)
- Nous sommes privées d’eau chaude depuis le retour des vacances, et ce, pour des raisons que nous ignorons
- La dégradation importante des repas servis au restaurant de la cité : manque d’hygiène, repas incomplets et immangeables font partie de notre quotidien.

- Coupure intentionnelle du réseau internet depuis un mois : en prenant compte du fait que la majorité des résidentes soient des étudiantes préparant leur master ou leur projet de fin d’études, l’absence d’internet ralentit considérablement leur travail.
- Sachant que la cité comporte deux pavillons de 15 étages, les ascenseurs sont en panne depuis plus de 3 ans.
- Maltraitance et non-respect de la part du personnel de la cité envers les étudiantes
- Manque d’hygiène au sein des étages, douches et sanitaires

- La cité ne dispose pas d’ambulance et le médecin de garde demeure absent.
Néanmoins, après trois jours de grève, durant lesquels nous avons pacifiquement exprimé nos revendications dans le seul but de pouvoir en discuter avec la direction, voici ci-dessous ce que nous avons eu comme retour :

 -Insultes et manque de respect de la part d’un des agents de la cité
 -Ignorance complète de la part de la directrice et fausses promesses des responsables.

Aujourd’hui, dimanche 8 janvier 2017, les parents de plusieurs filles grévistes ont reçu un appel de la part de la direction (voix féminine) se faisant passer pour la police nationale ou la gendarmerie, proférant de fausses accusations à leur encontre —détérioration de biens publics — et les convoquant à venir à la cité le lundi 9 janvier 2017. Un parent d’étudiante, malade, a vu son état se détériorer en entendant cela.

Nous avons cité ci-dessus les causes et conséquences de notre grève. Etant donné que nous sommes étudiantes des grandes écoles du pays, nous avons peu de temps pour ce genre de manifestations et nous le faisons actuellement au détriment de nos études. La gravité et la dégradation quotidienne de la situation nous ont menées à bout et nous ont poussées à agir de la sorte.
Veuillez accepter, Mesdames et Messieurs, l’expression de nos sincères salutations.

 
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

El Watan Etudiant

Indépendance Algérie

 

Vidéo

Constantine : Hommage à Amira Merabet

Constantine : Hommage à Amira Merabet
Chroniques
Point zéro Repères éco

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie