Pages hebdo Etudiant
 

Accompagnement ou conditionnement ?

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 04.10.17 | 12h00 Réagissez


L’art du paraître est aujourd’hui un argument d’embauche. Au XXIe siècle, à l’ère de la compétition débridée, les entreprises modernes affinent leurs stratégies en matière de ressources humaines. A l’heure où l’image de marque est plus importante que le produit commercialisé ou le service présenté, le diplôme académique, les compétences techniques acquises par les longues années d’expérience ne suffisent plus à satisfaire les recruteurs. Au savoir-faire largement démocratisé par des formations toujours plus pointues et aisément accessibles, se juxtapose désormais le savoir-être. Le corporate pour accompagner la compétence.

Cahin-caha, malgré le retard accumulé, les entreprises algériennes ou installées en Algérie se mettent au diapason mondial de cette tendance qui vient des Etats-Unis. Pour rester compétitive, l’entreprise veut tout contrôler. Même l’incontrôlable facteur humain. Pour les DRH, faire un mauvais recrutement est un échec qui peut lui valoir leur place. Alors, ils mettent des garde-fous. Ces balises «inculquées» soit directement dans l’entreprise ou via des écoles spécialisées dans ce qui s’appelle les nouvelles techniques de développement personnel et professionnel ou le «coachnig». Savoir se tenir, communiquer, gérer ses relations avec supérieurs et subalternes, travailler efficacement, gérer son agenda et ses tâches font office de modules à étudier et de cours à suivre. Dans ce genre de formations, on inculque au «formaté» les notions de compétition et de leadership qui lui donneront cette formidable énergie de l’action, la force de proposition et la qualité de disponibilité. Lui faire miroiter l’évolution rapide pour qu’il s’identifie à l’entreprise elle-même. Et ce n’est pas fortuit. L’entreprise moderne se «sectarise» presque. Elle veut se créer un univers, un monde où même les rapports humains entre les employés et avec les clients soient codifiés et suivent des protocoles préalablement pensés et mis a exécution.

Mais si inculquer ces «valeurs» est largement compréhensible — surtout dans un environnement où les institutions d’éducation ont largement failli —, que cette tendance arrive du pays du tout-capitalisme peut susciter des suspicions. Or, derrière cette formation très «corporate» et «chic», se cache une volonté de lisser ou d’aseptiser les employés avant de les intégrer. S’il est bien évident qu’un travailleur qui communique mal, qui n’est pas propre sur lui, hésitant ou manquant d’assurance est un handicap pour l’employeur ; la grosse-gueule, le syndicaliste chevronné ou le tatillon sur ses droits l’est tout autant. Alors, coaching ou conditionnement ?

Samir Azzoug
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...